Être CHIANTE : la CLEF du BONHEUR

On m'a toujours dit que j'avais un sale caractère et qu'il fallait que je sois un peu moins tête de cochon pour réussir dans la vie... Et si en fait, mon sale caractère et mon je-m'en-foutisme étaient la clef du bonheur ?

Quand je vois le nombre de courbettes que j'ai faites à des enfoirés, je me dis finalement, que mon "moi connasse" a peut-être encore quelques très beaux jours devant lui.

1. Le caractère bien affirmé

Parfait en toutes situations pour se sortir de la mouise et se faire marcher sur les pieds le moins possible, mon caractère (très) fort (plutôt type bon vieux Saint Nectaire que petit Kiri) est toujours là pour aider ceux qui se croient un peu au-dessus de tout à redescendre illico sur Terre.

Comme dans la queue au supermarché, par exemple, quand une mémé me colle aux fesses avec son caddie et soupire très bruyamment pour me signifier que son temps est infiniment plus précieux que le mien et que je lui dois le respect éternel... Et ma place. Bah non, tiens, mon caractère et moi on préfère lui faire un grand sourire et prendre le temps de payer en pièces de 5 centimes.

2. La répartie bien sentie

Quand quelqu'un a envie de jouer au jeu du plus malin avec moi, il se rend très vite compte qu'il ne va pas aller loin et qu'il va devoir s'incliner bien plus tôt que prévu.

Surtout quand c'est un blaireau de premier choix qui décide de jouer au Don Juan dans le métro en se collant à moi de très près pour me poser des questions d'ordre crucial du style "bah alors elle va où la demoiselle ? Elle habite où ? Elle a un 06 ? Elle est célib' ?". Ce à quoi je me fais un plaisir de répliquer qu'avec son haleine de vieux poney pourri qui a bouffé du Maroilles, il pourrait avoir la décence de s'écarter un peu.

3. La franchise bienvenue

Mes potes me disent souvent que je suis chiante, que je devrais me calmer un peu, être plus douce, plus réceptive, bref, ils ont tendance à me comparer tout net à un petit rouleau de PQ bien absorbant et je ne suis pas fan de la métaphore...

Surtout qu'ils ont beau se plaindre, ils savent toujours vers qui se tourner quand ils ont besoin d'idées pour envoyer bouler leur ex particulièrement lourdaud qui leur fait toujours du charme 5 ans après la rupture. Et - même si ça leur fait mal - je sais que c'est toujours bon pour eux d'entendre de ma bouche toutes les vérités que personne d'autre n'ose prononcer à voix haute.

4. Le manque de concessions bien tranché

En amour, il faut faire des concessions. On le sait, c'est un des secrets millénaires de notre société, celui qui fait que les couples marchent au lieu de se déchirer comme de vieux mouchoirs qui seraient passés à la machine à laver.

Mais attention, qui dit caractère, dit PEU de concessions. Alors oui, je veux bien accepter que Zozo laisse la vaisselle traîner deux ou trois jours dans l'évier, après tout, on n'est pas à ça près. Par contre, quand il sème des chaussettes au fond du lit parce qu'il refuse de les enlever AVANT de filer sous les draps, je vois rouge. Et quand il se prend une boulette de 10 chaussettes en pleine poire, ça lui donne envie de changer un peu ses habitudes...

5. Le professionnalisme bien réfléchi

Au boulot, comme partout, j'ai mes jours avec et mes jours sans. Et les jours avec, je peux endurer les anecdotes emmerdantes à mourir de Monique, les mâchonnements incessants de Sylvie et même, même, les blagues un peu limites de Jean-Jacques.

En revanche, les jours sans, je ne réponds plus de rien. Alors le premier qui ose mettre un pied dans mon périmètre pour m'emprunter des stylos, me piquer un chocolat ou venir me montrer une photo de son immonde mini-troll, il va être accueilli par un glaçon au regard noir qui va certainement le tenir à distance un bon moment.

 

Et surtout me permettre d'avoir ENFIN la paix !

 

MDS

Crédit Photo : Pinterest