ÉJACULATION PRÉCOCE : comment ça MARCHE ?

Oui, il y a des questions comme ça, qui mine de rien sont ultra importantes pour une vie sexuelle vraiment épanouie…

Comme par exemple, tiens au hasard : l’éjaculation précoce.

Un sujet qui peut prêter à sourire et qui provoque souvent des gloussements un peu gênés quand on l’aborde. Pourtant, si on veut que les choses se passent bien, il faut avant tout comprendre leur fonctionnement...

 

1. Déjà, à partir de quand peut-on parler d’éjaculation précoce ?

Est-ce qu’il y a un chiffre, du genre « au bout de xx minutes », on est officiellement déclaré « éjaculateur précoce » (avec un petit diplôme et une jolie écharpe, meuhhhh on rigole!) ? Eh bien en fait, il s’avère que pas du tout. L’éjaculation est dite « précoce » à partir du moment où, tout simplement, elle survient trop tôt pour soi ou pour sa partenaire, et que l’homme n’arrive pas du tout à retarder son orgasme.

2. Pourquoi ça arrive ?

Alors non, ce n’est pas une sorte de maladie bizarre qui touche un tiers de la population mâle (eh oui, mine de rien…). Il y a bien quelques exceptions dont les causes sont purement « physiques » (mais très rares), mais le problème serait surtout psychologique. En fait, d’après les recherches sur le sujet, il y a plusieurs facteurs qui seraient en cause, comme le stress, la peur de décevoir son partenaire, ou l’anxiété. Sans compter que ça peut très bien arriver après plusieurs années de « normalité »… Et la circoncision ne joue aucun rôle là-dedans !

 

3. Pourquoi prescrit-on parfois des antidépresseurs ?

Pour traiter l’éjaculation précoce, parfois, certains médecins peuvent prescrire des antidépresseurs : des traitements qui agissent généralement de façon efficace en retardant la jouissance chez zozo, mais le gros hic c’est que dès l’arrêt des médicaments, le problème resurgit…

4. Est-ce que c’est une question de « contrôle » ?

Trop excité, trop pressé, votre Charmant ne parviendrait pas à se contrôler ? C’est, pour certains, une partie du problème, et il existe des méthodes pour arriver à avoir des rapports sexuels plus longs, grâce à des « exercices » à faire à deux. Mais attention, il faut être persévérant et régulier...

 

5. Et concrètement, qu’est-ce qu’on peut faire pour que tout roule ?

D’abord, on en parle ! Le/la partenaire a un rôle important à jouer dans la résolution du problème : il est important d’en discuter sans tabou, mais aussi sans pression. L’une des autres pistes possibles est toute simple, puisqu’il s’agit d’avoir une activité sexuelle plus fréquente ! Et, bien évidemment, une consultation chez un sexologue est parfois obligatoire pour tenter de trouver le nœud du problème et des solutions vraiment adaptées. On se méfie en revanche des méthodes parfois conseillées sur internet, comme le « squeeze » (qui consiste à serrer fortement le base du gland pour freiner l’éjaculation), qui ne sont pas toujours très efficaces...

Crédit photo / Pinterest