CANCER du SEIN : les SURVEILLER pour mieux RÉGNER

Personne n'est à l'abri d'un cancer du sein !

Si les suivis médicaux et les dépistages sont sérieux, il est toujours bon de savoir surveiller sa poitrine seule, pour détecter tout signe suspect.

On vous donne quelques astuces pour une surveillance accrue de nos gentils seins chéris.

 

 

 

1. L'auto-palpation

Kézako ? Comme son nom l'indique, l'auto-palpation ou auto-examen du sein (AES) est une pratique indispensable chez la femme. Faite assidûment, elle permet de détecter une grosseur anormale qui se serait formée et peut empêcher un cancer de se développer.

Pour rappel, les cellules cancéreuses ne sont pas douloureuses : voilà pourquoi il est primordial de surveiller ses seins de près ! Si les femmes avec des antécédents dans la famille sont invitées à être plus attentives, aucune femme ne doit déroger à cet examen !

 

 

 

 

2. Quand la faire ?

L'examen maison doit se pratiquer régulièrement, pour surveiller au plus près sa poitrine. En l'auscultant souvent, vous pourrez ainsi repérer la moindre anomalie dès son apparition et ne pas laisser traîner !

L'auto-palpation est à faire idéalement une fois par mois. Mais elle doit être espacée des cycles hormonaux, c'est pourquoi il faut attendre une dizaine de jours après ses règles pour la faire !

 

 

 

 

3. Comment la faire ?

Le mieux, c'est de se mettre devant un miroir. Levez le bras gauche, puis avec votre main droite (trois doigts), palpez votre sein. Les doigts bien à plat, on procède à l'inspection par petits cercles.

On finit par le téton, que l'on pince entre ses deux doigts : si aucun liquide n'en sort, pas de panique, tout va bien. On fait ensuite exactement pareil sur l'autre sein.

 

 

 

 

4. Où la faire ?

On commence par l'extérieur du sein et on parcourt minutieusement la totalité de la superficie. On n'oublie évidemment pas la zone entre l'aisselle et le sein, car c'est une zone très exposée. Dites-vous bien que plus vous ferez cet examen rigoureusement et régulièrement, plus vous serez habituée à la texture de vos seins.

Traduction : vous serez plus efficace à la détection d'une éventuelle anomalie que celles qui ne pratiquent pas cet auto-palpation ou peu souvent. On s'y tient donc à une fois par mois, sans faute !

 

 

 

 

5. On cherche quoi ?

Sans tomber dans la paranoïa, on ne fait pas l'auto-palpation pour TROUVER quelque chose ! On surveille justement si notre poitrine est en bonne santé. Cela dit, ce qu'on doit surveiller c'est : s'il y a un épaississement quelconque de la texture d'une partie de votre sein, si vous trouvez une petite boule dans le sein, l'aisselle ou même le cou, si votre téton suinte ou si votre peau paraît fripée à un endroit précis du sein.

Toute autre anomalie remarquée est évidemment aussi à prendre en compte et à soumettre le plus rapidement possible à votre médecin. Mieux vaut se déplacer pour rien que minimiser un vilain nodule !

 

 

 

 

6. La prévention habituelle

En parallèle de nos auto-examens réguliers, on ne lâche évidemment pas son suivi médical habituel : mammographie à partir de 50 ans, rendez-vous chez le gynécologue et échographies si nécessaire.

L'auto-palpation n'est qu'un examen de plus pour contrer le cancer – et donc une chance de plus de le repérer tôt et de lui couper l'herbe sous le pied !

Inutile de psychoter mais il est important de se surveiller !

AP

Crédit Photo / Pinterest