Et si on FABRIQUAIT notre PROPRE ROUGE à LÈVRES !

Parce qu’on se méfie un peu des produits contenus dans nos chers tubes de rouge à lèvres, ou bien parce qu’on a envie de SA teinte à soi, et si on se mettait à faire notre propre bâton de rouge ?

On vous guide !

 

 

 

 

1. Avant de débuter : on s’équipe comment ?

C’est comme en cuisine, pour réussir son makeup maison on va avoir besoin de quelques ustensiles. On vous rassure, pas besoin de robot hors de prix, mais juste d’outils de base, comme un petit pot en verre ou plastique qui contiendra notre rouge, une balance pour bien doser ses produits, et des petites cuillères que l’on gardera pour cet usage uniquement. On fait attention à avoir un matériel bien stérile, et pour cela il suffit de le passer 10 minutes à l’eau bouillante et c’est réglé.

 

 

 

 

2. On trouve quoi dans un tube de rouge ?

La formule de base d’un tube de rouge, c’est de la cire végétale et de la cire d’abeille pour la texture, avec un ingrédient liant comme l’huile de ricin pour assurer le côté « crémeux », et des pigments colorés et des micas essentiels pour briller ! On ajoute des conservateurs tout naturels comme un extrait de pépins de pamplemousse, et on peut ensuite s’amuser à incorporer un arôme naturel pour des lèvres parfumées.

 

 

 

 

3. On fait comment, concrètement ?

Pour un petit pot de rouge :

- 1 cuillère à café d’huile de lin

- 5g de beurre de karité

- 1 cuillère à café de cire d’abeille

- 1 cuillère à café de cire de carnabau

- 1 petite cuillère à café de miel

- les micas de votre choix

On fait fondre doucement cires + huiles au bain-marie, jusqu’à obtenir une texture liquide. On ajoute ensuite le miel, puis les micas, et on mélange bien le tout jusqu’à obtenir une jolie texture colorée homogène. On verse le tout dans son petit pot, et hop au frigo.

 

 

 

 

4. On le conserve comment ?

Une fois notre rouge prêt, on peut le conserver 1 mois au frigo. Passé ce délai, on n’hésite pas à le jeter pour éviter de mauvaises réactions de la peau. Le but n’est donc pas d’en fabriquer une quantité industrielle, mais plutôt une mini dose chaque mois en modifiant légèrement les pigments pour ne pas se lasser de la teinte. On fait aussi attention si la texture a l’air d’avoir « tourné », et on évite de s’en tartiner les lèvres… 

Crédit photo / Pinterest