RÉUNION CULOTTÉE : ces PROBLÈMES de FILLES et leur SOLUTION !

On est entre nous, ne nous cachons pas ! Avouons que parfois, on a le droit de maudire Mère Nature : pourquoi, bordel de gnou, on se tape TOUTES les galères ?!

Avoir ses règles, OK, mais pourquoi en plus il a fallu qu’on ait les mycoses, les douleurs étranges et flippantes, l’accouchement, les poils aux jambes et même la moustache ?

C’est strictement dégueulasse. Alors ça a certes fait de nous des warriors indétrônables mais on a dû quand même bien galérer pour trouver des astuces à tous nos maux !

1. Les mycoses et infections urinaires

Elles arrivent toujours au mauvais moment… On se réveille un matin et… Merde ! Pour les mycoses, on connait le fameux traitement à présent dispo en pharmacie (ovule + crème) et c’est fini ! Mais on peut aussi les éviter : hygiène intime régulière mais douce avec un savon au pH alcalin doux (Hello Saforelle !), cures de probiotiques (surtout après une prise d’antibiotiques : ils dérèglent la flore vaginale et intestinale) et les culottes en coton. En revanche, consultez tout de même un médecin ou un gynécologue si elles sont fréquentes, elles peuvent être le symptôme d’une autre maladie.

Quant aux infections urinaires, elles peuvent nous pourrir la vie pendant de longs jours… Si vous êtes régulièrement sujette à ce fléau, habituez-vous à boire votre litre et demi d’eau par jour (obligatoire pour toutes d’ailleurs !) et consommez régulièrement des jus de canneberge. Ne retenez pas trop longtemps votre urine, les bactéries pourraient ainsi proliférer et apprenez aux petits comme aux grands à bien s’essuyer ! Il ne faut pas que les bactéries présentes dans les selles puissent toucher l’urètre : on s’essuie donc de l’avant vers l’arrière. On pense aussi aux cures de probiotiques pour renforcer la flore. Côté aliments, il semblerait que vin blanc et champagne favorisent les infections urinaires… On se met au rouge ! Le sucre favorise aussi la multiplication des bactéries, alors on le remplace par du miel si on aime sucré son café. Urinez aussi après chaque rapport sexuel, portez des sous-vêtements en coton et évitez les strings. Et pendant une crise, buvez beaucoup afin d’uriner et de faire partir les bactéries !

2. Les douleurs de règles

Douce période que les règles : on se sent ballonnée, souvent pas au top côté humeur et on a des douleurs plus ou moins intenses. Pour calmer ces douleurs, quelques astuces simples avant de se gaver de médicaments.

Chez vous, appliquez une bouillote chaude sur votre ventre ou prenez un bain chaud, cela apaise.

On n’hésite pas à faire du sport : une activité physique pendant les règles atténuerait les douleurs en oxygénant le corps.

On s’intéresse aux huiles essentielles, elles soulagent bons nombres de maux. En massage, en gélules ou en gouttes, elles calmeront les spasmes. Demandez à votre pharmacien ou à un naturopathe de vous conseiller le meilleur traitement. Elles se consomment sur de la mie de pain, dans du miel, en massage externe avec de l’huile végétale et sont très peu chères. Une bonne piste à creuser !

Côté plantes, la bourrache aide également à soulager les douleurs de règles, tout comme la sauge ! On joue les lapins et on boulotte des plantes.

3. Les vergetures

Nos chères vergetures apparaissent souvent pendant une grossesse mais pas seulement ! Une perte de poids trop rapide, un choc subi par l’épiderme et nous voilà zébrée…

L’idéal est de les prendre à temps, lorsqu’elles sont rouges-violettes (au top de leur forme quoi !) Il faut penser à hydrater la peau avec des huiles antivergetures ou des huiles végétales comme l’huile d’amande douce. Côté marque, l’huile Bi-oil fait des petits miracles sur les vergetures, cicatrices et autres traces de peau : à essayer !

4. Les poils incarnés

On nous a doté de poils, mais maintenant il faut s’en débarrasser ! Et comme on a encore un peu de mal à assumer le maillot de bain et le poil explosif sur les jambes et entre les jambes, on s’épile…

On vous conseille la cire chaude : moins douloureuse, plus efficace et qui laisse la peau vraiment impeccable. Malheureusement, même avec la meilleure épilation du monde, on se retrouve parfois avec… des horribles poils incarnés qui forment de sublimes boutons.

Ne triturez surtout pas la bête : une infection plus importante pourrait se développer. Ce qu’il faut c’est exfolier en douceur et purifier. Pour cela, ajoutez dans une huile végétale (de jojoba, d’argan) deux gouttes d’huile essentielles de lavande vraie ou de Tea tree. Appliquez matin et soir jusqu’à disparition du bouton.

Demandez un avis à votre pharmacien, les huiles essentielles sont très concentrées et peuvent être allergènes.

5. Les rides ET les boutons

Ce qui est merveilleux, c’est qu’on a la joie de voir apparaitre ses rides alors que nos boutons n’ont pas disparus. Sorte de combo salaud qui nous ruine un peu le moral.

Pour bien s’occuper des unes comme des autres, on cible ses soins.

On adapte son traitement anti-acné à des produits conçus pour les peaux adultes, on mise sur les soins antioxydants, antipollution et on sort toujours avec une protection solaire (vive les BB crèmes !)

Vous pouvez opter pour un sérum aux acides de fruits qui luttera contre les imperfections et une crème anti-oxydante qui comblera les rides.

Chaque semaine, on n’hésite pas à exfolier sa peau en légèreté et à faire un masque purifiant en évitant soigneusement le contour des yeux.

6. Les relations sexuelles douloureuses

Dans le lot des soucis intimes, on a aussi les relations sexuelles pas toujours géniales… Eh oui, notre cher vagin est fragile et ne peut pas être pratiquer sans finesse et tact !

N’hésitez surtout pas à expliquer à votre partenaire que vous ne « décollez » pas aussi vite que lui et qu’il doit être un peu plus rigoureux sur les préliminaires. Vous pouvez même utiliser un lubrifiant si vous souffrez de sécheresse vaginale. Le but est de se faire du bien à tous le deux !

Certaines douleurs inconnues au bataillon surviennent parfois et il est préférable d’en faire part à son gynécologue. Elles peuvent être tout à fait bénignes ou peuvent mériter un petit suivi médical.

7. Les ballonnements et autre satané ventre qui ne dégonfle pas

Notre ventre fait de ces trucs… Parfois, alors même que l’on mange correctement, il se met à gonfler et ne veut plus retrouver une taille correcte. Sachez d’abord qu’autour de la période des règles, le ventre à tendance à gonfler : pas d’inquiétude donc !

Mais si vous êtes souvent sujettes aux ballonnements et au bidon montgolfière, optez pour le charbon actif. Un actif naturel qui emprisonne les gaz et fait dégonfler.

On s’habitue également à manger lentement, à mâcher beaucoup et à boire de l’eau entre les repas.

On apprend à respirer par le ventre et on se tient droite : tada ! Ça va déjà mieux.

8. Les gros salauds

Dans le lot des boulets, on a aussi le boulet au masculin : et ça pullule autant que les cystites !

On apprend donc à dégainer son radar anti-salauds comme on dégainerait son jus de canneberge.

Pour cela, quelques astuces assez simples : protégez-vous, n’ôtez pas tout de suite votre carapace, ne vous emballez pas trop vite, laissez-le venir et observez ses attitudes face à vous et face aux autres. Dragueurs ? Séducteurs ? Un poil menteur ? Ça sent mauvais… Attentif, à l’écoute, passionné par vous ? C’est plutôt bon signe !

 

LP. 

Crédit Photo / Pinterest