Les ASTUCES pour bien s’en SORTIR face à un BÉBÉ !

Bon, face à un bébé vous n’êtes pas des plus à l’aise. Il vous est déjà arrivée de vous demander s’il fallait lui faire la bise ou approcher votre main de sa truffe pour qu’il vous reconnaisse…

Pas de panique, vous n’êtes pas une terrible marâtre sans cœur… C’est vrai que c’est bizarre ces mini humains, on ne peut pas vous en vouloir (avez-vous vu la taille de leur yeux ?!)

On vous donne deux trois tuyaux pour apprendre à faire face !

 

1. Le check-bébé

C’est vrai, approcher votre visage de ce bébé qui ne cesse de faire des bulles avec sa bave est un peu rebutant.

Pour ne pas vous dégouter à vie de ces petits êtres baveux, préférez adopter le check-bébé : attraper sa mini main en la caressant doucement jusqu’à ce qu’il attrape votre doigt. Bingo ! Le bébé est dans la poche. S’il vous regarde, fait un genre de tremblement en bougeant les pieds et entrouvre sa bouche édentée : c’est qu’il vous sourit : double bingo !

2. La discussion pas con-con

Vous hésitez entre parler économie-politique avec lui ou gazouiller bêtement en faisant des grimaces ? Ni l’un, ni l’autre !

Prendre un air niais et une voix suraiguë pour parler à la petite chose ne sert strictement à rien. Ah si, ça sert à vous donner l’air bête.

C’est même mauvais pour le développement du bébé de parler façon gouzigouzi-bébé-faim ? En se tapant sur le ventre fièrement.

Ce qu’il faut (et en plus vous passerez pour une bobo du bébé super au fait des pratiques modernes), c’est parler simplement et normalement : « Bonjour Bob (oui on dirait que le bébé s’appelait Bob), tu as faim sans doute (de toute façon il ne va pas vous répondre ni choisir l’heure de son biberon !), voilà je te prépare ton biberon ! »

Vous passez ainsi pour une adulte normale qui s’adresse normalement à un bébé. C’était pas si dur !

 

3. Le vomi foudroyant

Un bébé est imprévisible, il peut éclater de rire et tout de suite après se mettre à vomir. Ne le jeter pas subitement dans les airs dès qu’un jet de vomi sort de sa bouche. Ce serait mal vu.

Respirez un grand coup et dites-vous que « Ce n’est que du lait » (tous les parents disent ça… En vrai c’est du lait qui a fait un tour dans l’estomac donc c’est quand même bien dégueulasse… Mais tentez-le, ça a l’air de marcher pour eux.) Et plutôt que de hurler avec dégout (la réaction première et normale, on vous l’accorde), transformez vos cris en rires.

On vous trouvera tellement cool et détendue que même le bébé se mettra à rigoler. Ensuite, frottez fortement le vomi pour qu’il ne reste aucune odeur et n’hésitez pas à changer de t-shirt en disant : « Mince j’ai mis trop d’eau sur mon t-shirt, je peux le faire sécher ? » Hop, personne ne pensera que vous êtes dégoutée par le vomi de bébé.

4. L’esquive de la couche

On vous l’accorde, changer une couche est absolument immonde. Si vous souhaitez ne pas beaucoup manger au dîner : foncez. Si en revanche vous avez bien envie de profiter de votre petit Bourguignon, fuyez.

Tout parent normalement constitué n’impose pas cela. Mais sait-on jamais, déconnecté de la réalité par un manque de sommeil intense, ils peuvent croire que ça va vous éclater de « Jouer à la maman pleine de caca. »

Dans ce cas, lorsque l’odeur nauséabonde arrive : tendez promptement le bébé à son plus proche parent en rigolant : « Je crois que votre chérubin vous a fait un cadeau ! Quelque chose qu’il ne veut partager qu’avec vous ! »

Si on tente de vous refourguer la tâche avec des « Alors bébé ? Tu veux que ce soit tata qui te change hein hein hein ? » Affirmez fermement que « Oh non, non, la dernière fois que j’ai fait ça, j’ai mis la couche à l’envers et le bébé en a mis partout dans son pyjama. »

L’idée d’une 32ème lessive calmera subitement les élans de générosité des parents.

 

5. Les pleurs intempestifs

Situation angoissante et insupportable : lorsque le petit truc pleure. C’est ultra bruyant, ça ne s’arrête pas et on ne sait quoi faire de ça. Premièrement ne paniquez pas, ça stresserait encore plus les parents qui ne peuvent déjà plus entendre ce son.

Vous pouvez tenter de prendre le petit humain dans vos bras et de le balader en lui parlant (encore une fois normalement). Si ça ne marche pas, ne tentez pas de le secouez dans tous les sens : vous vous énerveriez et le bébé avec.

Proposez plutôt de l’écarter de la salle à manger : histoire de faire comprendre aux parents qu’on ne s’entend plus dîner avec ce bébé qui hurle. Ils feront le nécessaire pour évacuer la chose hurlante le temps qu’elle se calme.

 

A présent, vous avez la situation « bébé » en main. Il ne vous reste plus qu’à apprendre comment réagir face à un enfant de deux ans qui a dessiné sur votre papier-peint vintage à motifs art déco…

 

Léa Philippe

 

Crédit Photo / Pinterest