Ce que le GYNÉCO ne nous dit pas FORCÉMENT

Bon, déjà qu’on y va un peu à reculons tous les ans, on est parfois tellement mal à l’aise dans ce cabinet toujours trop froid dans lequel il faut se mettre à poil, qu’on en oublie de poser les bonnes questions…

Et si notre gynéco n’est pas devin (comment ça ? Il n’a pas de boule de cristal le vôtre ???), bah il ou elle ne peut pas nous dire ce qu’on attend implicitement sans le demander de façon explicite…

Voici les bonnes questions à poser sans tabou !

1. Est-ce que je ne devrais pas changer de contraception ?

En fait, je n’aime plus trop bouffer des hormones, on entend des trucs quand même pas hyper rassurants… Bon, ça, c’est ce que vous vous dites dans votre tête, mais ce que votre médecin voit, en face, c’est peut-être juste une nana qui vient faire son check-up et se faire represcrire son ordonnance de pilule pour l’année…

Alors en vrai, si on a envie de passer à autre chose, ou si on repère des symptômes pas habituels (du type petits saignements entre les règles, ou même une baisse de libido suspecte), c’est THE moment pour lui parler franchement ! S’il reste sourd, à vous de voir si consulter une autre personne peut vous être plus utile…

2. Et ça fait quoi en VRAI quand on pose un stérilet ?

OK on prend rendez-vous pour la pose à tel moment du cycle pour que ce soit optimal mais euh… en pratique, on flippe un peu hein, et ça le doc habitué à pratiquer la chose un million de fois ne l’a pas forcément remarqué.

Donc, concrètement, ce n’est pas la fête du vagin, vous vous en doutez, mais ce n’est pas non plus les contractions d’un accouchement (ouf !). Une demi-heure avant, on gobe un Spasfon et on y va.

Ça se passe comme un frottis sauf que hop pof surprise le truc est posé, ouch contraction légère, on souffle, on respire. Voilà c'est fini tout va bien. Ça a duré trente seconde de pose. On a un peu mal au ventre dans la journée (parfois un peu plus longtemps, c'est normal, type douleur de règle) notre corps s'habitue et tout va bien. Deux petits fils dépassent très légèrement du col de l'utérus pour le retrait dans cinq à dix ans. OUI, 5 à 10 ans de tranquillité à ne pas se soucier de tomber enceinte ni à bouffer des hormones (si on prend un stérilet en cuivre). Tous les ans on fait sa visite normalement et la gynéco vérifie juste qu'il est bien en place (vous pouvez le faire vous-même en checkant si les fils sont toujours là !)

Et le premier qui nous rit au nez en nous traitant de « chochotte », on n’est pas près de le revoir !

3. Est-ce que c’est normal si parfois j’ai mal là ?

Juste sur le côté, là, et en général ça arrive juste avant mes règles, et du coup je ne sais pas trop si je dois aller voir directement un oncologue ou bien faire comme si de rien n’était ?

Non, il n’y a pas de question « bête » quand il s’agit d’une région aussi sensible et fragile de notre corps, et oui une douleur peut être le signe qu’un truc ne va pas (MAIS, pas la peine de filer voir « signes cancer col de l’utérus » sur Google, hein).

Donc, si on a mal (et ce, de toute façon, quelque soit l’endroit de notre corps en général), on le dit ! Et souvent, c’est pour être rassurée…

4. Qu’est-ce qui est le plus hygiénique en fait, l’épilation intégrale ou garder tous ses poils ?

Osez donc nous dire que non, ça ne vous a jamais traversé l’esprit… Bon alors non, ce n’est pas une idée saugrenue, et c’est même plutôt sain comme réflexe.

Ce qu’on doit vous expliquer, c’est que vous faites comme vous voulez de ce côté-là, mais que si vous optez pour l’intégrale, il faut penser que la repousse n’est pas toujours facile à gérer (les fameux poils incarnés qui peuvent faire des vilains kystes mal placés).

5. Il se passe QUOI si je perds un tampon là-dedans ?

La grande angoisse qui nous prend subitement à 3h du mat’ : nom de Zeus est-ce que j’ai bien pensé à RETIRER mon tampon avant d’en remettre un autre ? Et est-ce que ça peut se perdre ces choses-là, à l’intérieur ? Hiiiiiii elle est où la ficelle ??!

Bon, une fois qu’on a retrouvé ladite ficelle et constaté que oui, on avait bien pensé à tout, et que non, la bête n’est pas allée se faufiler jusque dans notre utérus… On sera soulagée d’apprendre que non, un bête bout de coton ne peut pas remonter tout seul le col de l’utérus pour aller se balader dans le coin (ouuuuuf).

Mais si, vraiment, on a réussi à paumer son tampax à l’intérieur de Pomponette et qu’on n’arrive plus à le choper, on file voir le doc qui l’enlèvera sans problème. 

 

Aurélie Poumailloux

Crédit photo : Pinterest