J'ai REMASTÉRISÉ mon couple pour qu'il SONNE MIEUX #WouhouRock'n'Roll

Ces derniers temps, avec Eduardo, je sens qu'on s'enfonce lentement mais sûrement dans un quotidien un peu mollasson fait de fromage fondu, de soirées télé et de plaids en doudou pour se tenir chaud au lit.

Alors qu'avant, on était plutôt du genre blouson en cuir, cheveux sauvages et sortie au bar un soir sur deux avec notre bande de potes.

Pour que l'entrée dans l'hiver ne rime pas avec dissonance totale, j'ai pris les choses en main.

1. L'hommage aux chaussons

Pour commencer, il a fallu que j'arrive à extirper mon dulciné du kilos de coussins sous lequel il était enterré pour lui faire miroiter une toute nouvelle vie… Finies les soirées canapé, les pieds bien au chaud dans les pantoufles. Je lui ai fait ressortir ses baskets, j'ai enfilé les miennes et hop, zou, en avant pour le monde extérieur !

Je nous trouvais tellement rock, tellement beaux, là, dans l'ascenseur, excités par la perspective de ressortir en fin de chez nous, que j'ai roulé une magnifique tractopelle à mon Gus, là, comme ça. Bon du coup, tant d'amour et d'oxygène quand on a mis le pied dehors, ça nous a perturbés. Tellement, qu'on s'est arrêtés au petit jap' d'en bas pour manger des suhsis.

2. L'ode à l'apéro

Le soir, en sortant du boulot, on avait pris l'habitude de faire la course tous les deux, histoire de voir qui arrivait le plus vite à la maison pour se fourrer dans son pyjama et faire chauffer les nachos et le fromage. Mais cette époque est maintenant révolue pour de bon (sauf le dimanche, c'est sacré les nachos du dimanche) et j'ai convaincu mon Charmant de reprendre une vie sociale.

Comme un orchestre harmonieux et bien huilé, on a pris une toute nouvelle routine faite de petites surprises. À 17 heures, il m'envoie le nom du bar où il a envie d'aller descendre une pinte ce soir. Et demain, j'ai prévu de lui donner rendez-vous dans un petit karaoké des familles où on va pouvoir se planquer à la table du fond pour se moquer un peu des Johnny en herbe.

Bah oui, on ne se refait pas quand même.

3. La note sexy

A force de manger du fromage fondu comme on avale des verres d'eau, on avait sérieusement renforcé notre petite ceinture douillette qui tient bien chaud tout l'hiver. Pratique, hein, surtout quand on le fait en se regardant dans le blanc des yeux en souriant bêtement devant le petit poêlon de l'appareil à raclette.

Au bout d'un moment, j'ai arrêté d'acheter du frometon et du vin et j'ai expliqué à Eduardo qu'il fallait absolument qu'on lève le pied, sous peine de voir notre vie devenir aussi molle, collante et lourde qu'une fondue trop salée.

Il a compris le message, le cher petit, vraiment très bien compris. Alors au lieu de filer à la salle de sport soulever de la fonte en me regardant faire du rameur, il m'a fait les yeux doux et a monté le thermostat du chauffage, histoire de finir la soirée en fanfare !

4. La symphonie des culottes

Tout recommençait à tourner à 100 à l'heure dans notre vie et je nous voyais redevenir plus humains que produits laitiers. Problème : à force d'être dehors tous les soirs à soigner notre vie sociale, on en oubliait de se charger des basses besognes…

Quand j'ai eu du mal à trouver des culottes propres et que Charmant a envisagé de porter les mêmes chaussettes deux jours de suite, il a fallu trouver un arrangement. La semaine, j'ai accepté de me charger de la vaisselle et des poubelles, le linge pouvait bien attendre que môssieur s'en occupe le week-end.

Et comme il connaît bien mes petites névroses, mon Eduardo, il a accepté de se charger des courses à la seule condition de ne JAMAIS faire passer le pas de la porte à du PQ rose.

 

C'est reparti comme en 40 et Dodo et moi on se sent plus près que jamais à aller manger une raclette pour fêter notre nouvelle harmonie !

 

MDS

Crédit Photo : Pinterest