L’ENFER de l’ASCENSEUR : que faut-il FAIRE ?!

Je suis très perturbée dans un ascenseur, c’est l’endroit où toute la proximité du monde se concentre dans un mètre carré et en même temps le lieu où toute la gêne de l’univers s’entasse.

Je vis toujours des moments très bizarres qui me font sortir de la perplexe ou haineuse…

1. Le mec qui adore la proximité

« Alleeeez ça rentre ! » NON NON NON ça ne rentre pas ! De toute façon c’est limité à 8 et là on est 9, on va crever bordel CRE-VER !

Oui je prends l’ascenseur parce que j’ai la flemme mais en vrai j’arrête de respirer le temps que ça monte et je déteste le mec qui se la joue Mère Theresa de l’ascenseur en y faisant grimper tout le monde… C’est dangereux…

2. Le type qui a un call

Ah bien sûr, tout particulièrement au bureau, il y a cette nana ou ce type qui ne peut pas s’empêcher de hurler dans ses petits écouteurs Apple : « Ouaiiiiiis, ouaiiiis je comprends hmmm hmmm, OK, nan mais tu sais moi je pense qu’en terme de business plan on y est, après il faut revoir les deadlines… Hum Hum hum… Hein ? Ouais ouais… »

Mais ferme-là mon oreille est à deux centimètres de ta bouche !

3. La fille appuyée sur les boutons

Il y a toujours cette relou qui s’adosse contre les boutons de l’ascenseur. Je me dis que si elle fait ça c’est que tous les étages ont été sélectionnés...

Mais non, l’ascenseur loupe mon étage et cette connasse descend. Purée mais tu crois quoi que je viens là pour faire un petit tour de manège ?!

4. Le bavard de service

J’ai aussi beaucoup de mal avec cette personne qui pense que, comme on est dans un petit milieu, on doit forcément parler… « Il fait pas chaud hein ? », « Roh, quand est-ce qu’ils vont réparer l’autre ascenseur ! »

Non, ce n’est pas la peine, c’est déjà assez compliqué comme ça cette proximité, on ne va pas en plus s’enticher de conversations insupportables…

5. L’impoli de base

Bien sûr, environ deux fois par jour il faut que je me tape le connard qui pense qu’être goujat, c’est être classe.

Donc pour signifier sa toute-puissance, il ne répond pas. Bonjour, bonne journée, bonne après-midi, non, rien. Le pire, c’est qu’ensuite, je m’énerve d’être énervée par ce connard de la matinée et ressasse toutes les phrases que j’aurais pu lui balancer.

6. Celui qui renifle

Il manque un truc chez gens-là : à quel moment personne ne t’a appris que renifler n’était pas la méthode numéro 2 pour « se moucher » ?!

C’est ignoble. Et là dans l’ascenseur, tu as le type qui te renifle au-dessus de l’épaule et moi je sers les dents, espérant que sa goutte de morve ne tombe pas sur mon chemisier…

 

Bref, il faut vraiment que je prenne les escaliers…

 

LP. 

Crédit Photo / Pinterest