J’ai vécu une JOURNÉE dans la VIE d’une fille COOL

Il y a cette copine du bureau, enfin cette collègue, cette fille jolie, bon OK cette inconnue que je suis sur Instagram et qui a l’air d’avoir une vie absolument géniale. Ses hashtags semblent chuchotés d’une voix suave et douce : « green », « hygge », « scandinavestyle » et j’envie cette sérénité qui accompagne toutes ses chaussettes tricotées et ses thés fumants sur peau de mouton.

Alors après un énième pétage de plomb, je me suis dit « stop, je vais devenir cette fille cool au salon bien rangé. »

1. La déco de l’appart’

Bon forcément j’ai dû me rendre à l’évidence : tu ne peux pas être cool dans cet appartement qui est un mix entre « souvenirs inutiles de trucs jamais jetés (comme un bouchon de champagne) » et « pile de magazines, lieu de vie des moutons. » Alors j’ai pris mon p’tit courage et un grand sac poubelle et j’ai vidé, jeté, balancé… Au bord de l’asphyxie par les kilos de poussière remués, je prends un peu de recul et regarde mon affaire. Pas mal ! Je redécouvre ma table de salon, elle est plutôt pas mal finalement sans les miettes, mon cactus que j’avais oublié dans le fond de ma bibliothèque et qui a fière allure au centre de la pièce et surtout, j’ai l’impression d’avoir gagné douze mètres carrés d’appartement… Un luxe à Paris !

OK j’ai encore un peu de taf pour les mugs en céramique et les bouquets de fleurs fraîches mais je tiens le bon bout.

2. La jolie nourriture

La nana cool mange de jolis trucs. C’est fou, son potimarron est mignon, son velouté est lumineux, ses lentilles ont l’air parfaites…

Moi quand je fais des lentilles, elles sont accompagnées de lard et de grosse saucisses… Alors c’est moins beau.

J’ai étudié un peu les sites « healthy green food love lifestyle », j’ai acheté des lentilles corail (plus esthétiques que les vertes) et j’ai mis des petites graines de courge partout.

Franchement je me suis amusée, je faisais des petits gestes légers pour parsemer mes graines, j’ajoutais des touches perso #saucesoja et finalement je mangeais bien et étais moins ballonnée qu’avec mon petit salé. Merci meuf parfaite, grâce à toi j’ai adopté une assiette saine.

3. Les petits plaisirs simples

La meuf cool a l’air tellement heureuse d’une bougie et d’un thé. Alors je me dis que c’était à ma portée ! Mon moi-hippie s’est réveillé, j’ai mis des grosses chaussettes, fait bouillir l’eau et allumé une bougie.

OK, c’est pas mal, on est pas mal. Certes j’allume Netflix et m’énerve un peu sur la liste trop grande (et pas du tout bien ciblée pour moi #MerciGustavePourLesFilmsDeGuerre) mais bon, finalement j’arrive à profiter posément de ce dimanche ultra pluvieux et chiant comme les blés. Donc, je valide le thé-bougie.

4. Le shopping raisonné

J’ai tendance à avoir des craquage immenses (en pleine période de crise bancaire en plus) où je craque et dévalise le web « Vas-y je m’en fous on a qu’une vie et ces boots noires sont faites pour moiiiiiii » Et puis je me retrouve avec un dressing incohérent, rempli de choses que je ne mets jamais. Parce que non, ces boots n’étaient pas faites pour moi…

Alors je regarde les photos de vêtements de la meuf cool et je me dis : « Moi aussi je peux avoir de bons basiques de qualité que je vais garder toute ma vie ».

Alors après avoir scroller les millions de sites qui vendent des chemises en matière dégueu, je vais faire un tour chez Sézanne. Ouais OK je ne vais pas prendre quatre t-shirts, huit blouses et trois pulls. Certes.

Mais je commande une belle pièce, belle matière, je lis d’une voix suave la composition #popeline #soie #mohair et je me sens tout de suite mieux. Maintenant c’est mon haut préféré et tout le monde me l’envie. C’était une meilleure stratégie.

5. La joie venue du Nord

La meuf cool prône la tendance scandinave du « hygge » ou du « lagom » : ni trop, ni trop peu. Pas de pot, moi c’est toujours trop.

Bon alors je me raisonne, et je me dis « philosophons un peu »… Non je ne vais pas verser TOUT ce paquet de pâte dans la casserole, oui je vais prendre ce croissant qui me fais envie, non je ne vais pas me désabonner à la piscine, oui aller courir par ce temps de chien peut être évité…

Du coup j’essaie de la jouer « zen et paix » et je me calme. Je calme mes rêves : « Non je ne vais pas déprimer parce que je ne pars pas demain en road trip avec Mick Jagger » et j’embellis les petits moments de merde : « Je vais passer par le parc pour aller au bureau, c’est plus joli et il y a un chat mignon. »

Mis bout à bout, ça ne fait pas de moi la nana cool d’Instagram, mais ça a fait de moi quelqu’un qui est un peu plus calme et un peu plus grande buveuse de thé. Et c’est déjà pas mal.

 

LP.

 

Crédit Photo / Pinterest