7 ASTUCES pour voir que vous dépassez les BORNES avec votre BOSS

Au boulot, l'ambiance est plutôt cool, sympa, tranquille, tout ça tout ça. La boss, je la tutoie et j'ai même le droit de partager sa table pendant la pause déj' !

Mais cette excellente ambiance ne signifie pas forcément que je vais l'inviter à une soirée pyjama et lui faire des tresses en l'écoutant se confier sur son premier amour qu'elle n'a jamais oublié…

Alors comment éviter de dépasser les bornes et de retourner directement à la case chômage ?

1. Lui taper dans le dos et lui dire « ça va ma couille ? »

C'est quand même un poil extrême, ça. D'une part, on n'a jamais eu le moindre contact physique, elle et moi, et d'autre part, je ne suis pas certaine qu'elle goûterait toute l'ironie de ce surnom…

Définitivement, je pense qu'il vaut mieux éviter sous peine de finir dehors avant la fin de la journée avec un passe direct pour Pôle Emploi.

2. Lui dire qu'elle a une sale tronche...

Même si c'est vrai. Même si je sais qu'elle est sortie hier parce qu'elle fêtait son anniversaire (bah oui, avant d'être ma boss, c'est une nana normale à qui on chante faux « jooooaaaaa-iiiieuuuuu-zaaaa-niiii-vèèèèr-ssaaaaaaiiiireeee).

Jamais je ne dois me permettre de faire une quelconque réflexion de ce type. Sinon, avec sa gueule de bois carabinée, elle risque de me flanquer un coup de clavier en travers de la tronche.

3. ..Et la prendre en photo

Je ne suis pas du genre à prendre en photo tout ce qui m'entoure comme une touriste en fascination permanente, non. Et certainement pas à prendre ma BOSS en photo. Jamais. Never, comme disent les bilingues.

Et même si je suis tentée, que j'aimerais avoir une petite photo dossier d'elle, je vais la laisser et cuver en paix et même essayer de taper un peu moins fort sur mon clavier.

4. Lui dire qu'elle fait chier

Le jour où j'aurais envie de perdre mon job, je pense que c'est la tactique que je définirais comme étant la plus payante. Mais pas aujourd'hui, hein, je viens de m'acheter de nouvelles boots en cuir…

Alors même si elle me rajoute des tonnes de trucs à faire alors que je suis déjà débordée, je vais me contenter de serrer les dents et de penser trèèèès fort à mes boots.

5. La suivre jusqu'aux toilettes

On entame parfois des conversations particulièrement intenses, sur le programme télé de la veille ou le bien-fondé de porter des chaussettes hautes par dessus une paire de collants. Bon.

Mais ce n'est pas pour autant que je vais lui filer le train quand elle va au pipi-room, pour ne pas perdre une miette de cette fascinante discussion. Et ce n'est pas non plus une raison pour continuer à lui parler à travers la porte. Ça risque de la mettre mal à l'aise.

6. La faire taire

Hier soir, c'était MON anniversaire à moi. Donc forcément, le réveil a été rude ce matin, j'ai la tête lourde, les paupières collées et j'ai du mal à supporter un volume sonore trop élevé…

Pour autant, je pense que je vais m'abstenir de la faire taire. Même si elle a choisi ce matin pour passer un savon au nouveau stagiaire qui n'a pas encore compris que les mugs de thé qu'elle pose sur son bureau ne sont pas là pour jouer aux quilles et être renversés.

7. Lui frotter les cheveux

L'autre jour, quand elle m'a prise à part pour me proposer une toute nouvelle promotion et la petite augmentation qui va avec, je me suis sentie extrêmement heureuse et valorisée. (Et j'ai tout de suite imaginé toutes les chaussures que j'allais pouvoir acheter !)

Heureusement pour moi, j'ai réussi à me retenir de lui ébouriffer les cheveux sur le crâne. Parce que bon, mon petit neveu de 5 ans adore ça, mais je ne suis pas sûre de sa réaction à elle…

 

Et, comme on dit, « dans le doute, abstiens-toi ! »

 

MDS

Crédit Photo : Pinterest