Mon COUPLE est aussi mou qu'un vieux CORNICHON que faire ?

Gustave et moi, on est dans le même bocal depuis… fiou, on a arrêté de compter en fait, parce que ça donne un coup de vieux à chaque fois.

M’enfin, c’est vrai que, du coup, on est un peu comme deux cornichons mollassons, qui auraient passé tellement de temps collés l’un à l’autre dans ce bocal, qu’on se connaît par cœur…

Il est temps de reprendre les choses en main et d’ajouter un peu de moutarde.

1. On ne cause plus

C’est vrai qu’avant, on s’envoyait des petits messages pour se raconter nos vies trépidantes au bureau, chacun de notre côté : « dis donc David a encore pété un câble, tu aurais vu sa tête, j’ai trop hâte de te voiiiiiiiir », sans oublier le sacro-saint « petit cœur petit cœur petit cœur » (bon, peut-être pas jusque-là quand même).

Maintenant, on est plus dans un process : « hé n’oublie pas le pain hein » ou « p*** t’as ENCORE zappé la poubelle ! ».

Oui, forcément, ça n’aide pas trop à « entretenir la flamme », comme ils disent dans les magazines du kiosque.

Alors, j’ai décidé de secouer un peu tout ça et, sans non plus filer dans le cliché du parfait petit couple so in love, j’ai amorcé un petit changement… j’ai laissé des mots gentils sur la poubelle, et j’ai recommencé à prendre du temps dans la journée juste pour dire coucou… Et une chose en amenant une autre, on est tout en émoi des fois le soir quand on rentre…

2. On ne se voit plus

Bon, il faut reconnaître qu’il n’a de toute façon jamais remarqué mes passages chez le coiffeur, donc ça, ça n’a pas trop changé avec le temps.

Mais des fois, je me dis que je pourrais me trimballer en tutu rose bonbon avec des sneakers qu’il ne le verrait même pas…

Là, je n’ai vraiment pas eu envie de me ruer dans un magasin de lingerie pour m’acheter des ensembles en dentelle avec guêpière que je ne mettrais de toute façon jamais (ça gratteeeeeeeeeee… et comment ça s’attache ce matin sur la jambe ???), mais j’ai levé les yeux de mon smartphone pour lui sourire et lui dire qu’il était beau, juste comme ça.

Du coup lui aussi m’a regardée, et… hé, je ne vais pas vous faire un dessin hein !

3. On ne se pose plus

Enfin si, on se pose bien tous les deux sur le canap’ le soir en rentrant, ça aucun souci… mais en fait, comme on est chacun à un bout, avec chacun son petit plaid cocoon, il ne manque plus que la verveine et les charentaises et on est bons pour la maison de retraite.

Alors, j’ai opéré un rapprochement en supprimant un plaid, et maintenant on est lovés l’un contre l’autre parce que le radiateur électrique date de l’an 40 et est tout pourri, et c’est fou comme on est bien, comme ça…

Je me demande si je ne vais pas carrément couper le chauffage, tiens…

4. On ne s’effleure plus

Bah oui, c’est vrai qu’on a perdu cette petite habitude si délicieuse de se frôler le fessier discrétos en passant pendant nos soirées chez des potes, et que ça nous est, lentement mais sûrement, fatal.

Alors j’ai dégainé les mains baladeuses et j’y suis allée à fond : hop, une petite caresse sur la nuque, en parlant, hop, une brève pression sur la cuisse, en me levant, hop, un gentil effleurement sur le bras, en allant à la cuisine… oh ça l’a rendu tout chose le Jojo !

5. On ne se taquine plus

Et ça, c’est sûrement ce qui me manque le plus ! L’œil qui frise quand on se dit tiens on va faire une petite connerie et le faire marrer…

Comme on a « grandi » et qu’on est devenu « des adultes responsables » (ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi, hein, surtout quand il faut penser à payer les impôts et les factures), on a un peu perdu cet esprit ultra taquin qui a fait que ça a tout de suite fait « tilt » quand on s’est connus dans notre folle jeunesse.

Alors alors alors… aujourd’hui, on se lance à nouveau des petits défis (le dernier arrivé en bas à cloche-pied a perdu !), et ça a été une bouffée d’air salvatrice dans notre quotidien trop routinier et rigide.

 

Aurélie Poumailloux

Crédit photo : Pinterest