J’ai passé une SOIREE de CHIOTTE

Il y a des fois comme ça où la vie nous en veut profondément. J’ai trimé toute la semaine comme un gnou hystérique et je vois enfin ma petite soirée de fin de semaine arriver : « Aaaaaaah, voilà, enfin le Graal est là » et non, rien à foutre, les planètes en ont décidé de me pourrir.

1. Je me suis disputée avec les horaires

On avait rendez-vous avec des amis en fin d’après-midi histoire de se boire un café pour faire sérieux avant de commencer l’apéro.

Soso, décale de deux heures parce que son chat a la diarrhée, du coup deux autres potes disent « Ah bah ouais attends nous aussi on vous rejoint au dîner, on doit finir d’étendre le linge ! » Je me dis tant pis, j’ai le temps, je prends un bain.

Au moment de me rincer les cheveux, eau froide. Le ballon d’eau chaude est vide. Je sors et tente de me les rincer au lavabo. Je galère à mort et oublie de la mousse dans les racines. J’ai une drôle de coupe du coup, ce qui foire totalement mon effet « chic et reposée » que je voulais avoir.

2. Je n’avais pas du tout la bonne tenue

On se retrouve enfin, moi hyper à la bourre finalement car j’ai tenté de sauver ma coiffure poisseuse d’un brushing bien trop compliqué pour moi, et voilà que tout le monde est peinard en jean basket en train de siroter des bières que je me sens trop engoncée dans ce chemisier à épaulette. Rah puis pourquoi avoir mis ce slim qui me boudine ?! Je suis à la bourre sur les bières, ils commandent à bouffer quand j’arrive. Merde. Même pas le temps de prendre l’apéro.

3. J’ai détesté la bouffe

Je commande en vitesse un salade terre-mer… Mais quelle idée ?! Rien que le nom fait vieillot, ça sent les grosses patates accompagnées de saumon. Eh bah voilà c’est ça. J’envie les burgers des autres, picore ma salade, un train de retard sur l’euphorie générale des zozos qui ont deux pintes dans le bide d’avance. Je me dis qu’ils sont chiants et immatures.

4. On fait fermeture sur fermeture

Après notre repas, on décide de filer dans un petit bar sympa où l’on nous sort un froid « OK juste un verre mais vite après on ferme. »

Génial. Donc on passe notre demi-heure à finir notre verre le plus vite possible sans avoir le temps de se poser tranquillement pour se raconter comment Vero du bureau a encore tenté de draguer le boss.

5. Je n’ai rencontré que des cons

On trouve enfin un bar qui ferme plus tard, on se pose, discutons un peu quand vient une bande de trois potes qui souhaite se poser avec nous. OK, la table est grande pourquoi pas, ne soyons pas butés.

Purée bah si : soyons butés et renfermés sur nous-même ! Les trois abrutis nous ont tenu la jambe touuuuute la soirée en nous racontant LEURS conneries de bureau (mais nous on s’en fout, on la connait pas leur boîte) et à nous sortir à quel point c’était hyper chouette parce qu’il était passé manager et que Phil, lui, méritait sincèrement son augment’… Deux heures de perdues avec ces connards, deux pintes de trop dans le sang.

6. J’ai fini par m’engueuler

Finalement on a discuté le plus sur le chemin du retour en attendant le taxi, on en a laissé trois filer et on est chacun rentrés super tard.

Chez moi, un ours mal léché m’attendait : purée mais il est hyper tard ! Ça va quoi, tu fais la fête comme une ouf’ et même pas une pensée pour moi ?!

« Putain oh CA VA hein ! C’était de la merde en plus ! ». Je me débarrasse de ce chemisier et de ce slim trop serrés, j’enfile un vieux legging et le t-shirt le plus mou que je trouve et je vais me coucher.

Le lendemain, j’ai mal au crane, un souvenir amer de cette soirée, et envie d’être à demain pour être enfin requinquée.

 

Non parfois, il faut vraiment juste opter pour le bain et la camomille.

 

 

Crédit Photo / Pinterest