Je RATE tout le temps les PHOTOS de MOI #Help !

Il y a ses gens donc la photogénie est innée. Un appareil photo est clic, une superbe photo dans la boite. Naturelle, un sourire en coin, le regard lumineux…

Et puis il y a moi. L’œil trop ouvert ou pas assez, le profil foiré genre « Hey mais on dirait que j’ai une calvitie là ! » ou le rire si déployé j’ai l’air d’être Fiona, la meuf de Shrek.

Non franchement revoir les photos des repas de Noël en famille était un vrai supplice pour moi… Alors depuis, j’ai trouvé quelques subterfuges pour que ça se passe un peu mieux.

1. Le sourire raté

C’est bien simple, je ne sais pas sourire avec les dents. Mes dents ne sont pas faites pour, j’ai une bouche trop petite ou tordu je n’en sais rien, mais ça me donne soit l’air d’être profondément niaise, soit d’être totalement bourrée.

Donc, je fais avec mes défauts : je souris à peine et bouche fermée. Alors oui oui oui, mamie est toujours là pour dire : « Mais tu ne souris jamais sur les photos ! » Certes, mais je préfère laisser de moi le souvenir de « La femme à l’air un peu froid » que « Le meuf hilare et perpétuellement bourrée. »

2. Le mauvais profil

J’ai le chic pour tenter de « ne pas regarder l’appareil photo » et me foutre tellement de travers qu’un double menton apparaît autant qu’un profil complètement raté.

C’est donc décidé, dès que je vois un appareil photo, je le suis du regard, je relève le menton et j’attends que le petit bâtard de photographe amateur ait pris sa photo. La pause est un peu figée mais le port de tête tient plutôt bien la route.

3. Le saucisson mal passé

Le pire truc : être prise en mangeant. Non c’est définitivement interdit. On devrait d’ailleurs le dire avant les repas : « Tout le monde pose son téléphone, son appareil photo et pourra le récupérer après la dessert. »

C’est simple, le nombre de photos de famille (développées en plus) où j’ai un bout de bûche ou de rôti dans la bouche est incalculable. On va se souvenir la moitié de mon existence de « celle qui avait un problème à la joue droite » ?! 

Non, il fallait que ça cesse. Lorsque quelqu’un sort son appareil pendant que je mange, je gâche littéralement la photo. Je lance un truc, je crée une vague en shootant mon voisin de table, je mets ma tête dans ma serviette : TOUT sauf la photo de moi en train de mâcher.

4. L’œil bourré

Alors ça va avec le sourire raté : les yeux plissés qui se transforment en : tête de débile qui s’endort à 15h parce que « Fiou, qu’est-ce qu’on s’est mis dans la panse ! »

Ne plus sourire permet déjà d’ouvrir un peu plus les yeux. Deuxième astuce, regarder à côté de l’appareil (le con avec son flash ne nous fera pas cligner des yeux), cligner plein de fois des yeux avant que la photo soit prise et enfin pencher légèrement (très légèrement sinon ça fait une tête de perverse) le menton vers la poitrine pour relever un peu le regard de façon intense. Voilà, ça me donne l’air un peu plus fraîche et présentable.

5. La fuite en avant

Bon et puis vraiment quand j’ai une tête de merde, les cheveux en balais à chiotte et le teint aussi brouillé qu’un radis, je fuis.

Je file toujours discrétos aux toilettes, vais discuter avec la fille du fond de la pièce « Hey cousine Janine, ça fait longtemps dis, ça va ?! » ou je me planque sous des lunettes de soleil. Ça fait connasse oui, mais bon, il faut ce qu’il faut pour se sauver de la photo de merde.

 

LP.

 

Crédit Photo / Pinterest