J'ai pu EXPULSER l'ex de mon MEC

Celle-là, c’est un peu mon boulet à moi, celui que je traîne depuis… bah, depuis que j’ai rencontré Gustave, en fait.

Mais, à force de persévérance (et de coups de pelle bien placés), j’ai réussi à l’envoyer bouler loin, trèèèèèèès loin de mon couple.

Et depuis, ma vie est (nettement) plus étincelante !

1. L’erreur de débutante

Au début, forcément, chaque fois que j’entendais le prénom maudit (allez, aujourd’hui je PEUX le prononcer avec sérénitée : Mélanie, cette petite boulette de pus collante), même si c’était juste une nouvelle collègue qu’on me présentait, j’en avais une mini crise cardiaque avec sueurs et palpitations.

Et si Charmant avait le malheur de faire allusion à cette pourriture de sangsue, ça finissait immanquablement en lancer de vaisselle, braillements suraigus et claquage de porte.

Sauf que ça finissait par coûter un petit bras, mine de rien, en vaisselle. Il était donc temps de réagir.

2. L’ignorance feinte

Évidemment, pour qu’elle ne revienne pas sur le tapis à chaque mini conflit avec Zozo, j’ai commencé par adopter une ligne stratégique forte : faire semblant de rien, et changer de sujet si son nom était évoqué.

Alors oui, ça a nettement contribué à améliorer ma déco, surtout que j’avais racheté des assiettes Monop’ troooop mimi avec des petits hérissons dessus…

En revanche, côté zénitude, ça bouillait comme une cocotte-minute à l’intérieur, et la soupape était à deux doigts d’exploser façon feu d’artifice géant sur la tour Eiffel.

3. L’évacuation

Il était urgent de retrouver paix et harmonie, luxe, calme et volupté avec Gustave.

J’ai donc filé à mon cours de yoga et j’ai enchaîné trois séance d’affilée (il me fallait au moins ça).

Ensuite, j’ai filé siroter des pintes au bar du coin avec Juju, et j’ai fini la soirée en beuglant « Mélanie la pourrie, Mélanie la pourrie », et je me suis sentir nettement mieux.

4. La bonne stratégie

Finalement, j’ai retrouvé mon équilibre avec Charmant tout en douceur : sans prise de tête (et sans hurler #FièreDeMoi), je lui ai clairement dit ce que je pensais de sa biiiip de biiiiip d’ex, il en a pris bonne note et il a promis de ne plus la remettre sur le tapis à la moindre peccadille (genre : tiens Mélanie elle décorait toujours le sapin en rouge et or, elle).

5. La vigilance

Depuis, je ne dis pas que nous sommes devenus un couple fleur bleue, cui-cui les petits oiseaux et nuages roses dans la chambrée, mais ça va clairement mieux dans notre relation.

Mes assiettes sont au complet (j’ai même craqué pour les assiettes à dessert assorties), et l’autre jour ma pote m’a présenté une nouvelle copine… une certaine… Camille ! (ahah vous y avez cru hein ?!).

Et si je sens que ça monte... hop, je lui assène un grand coup de pelle mental dans la face.

Bref, ça va mieux dans ma tête, et donc, dans mon couple !

 

PS : Mélanie, si tu me lis… va griller en enfer !!!!!!!

 

Aurélie Poumailloux

Crédit photo : Pinterest