J’entreprends de me RÉCONCILIER avec mon CORPS

Bon c’est décidé cette année je ne cèderais pas à la folie des tartiflettes abusives ni à celle des régimes. Je ne me trouverais pas « énoooorme » après un gros plat d’hiver et ne tenterais pas de me mettre à la diète avant les fêtes pour pouvoir faire des excès (logique très con qui donne juste des crises de foie.)

Non cette année j’entreprends de me réconcilier avec mon corps… D’être un peu plus sympa, un poil moins agressive (promis mon fois, j’arrête les mélanges d’alcool) et de le comprendre un peu mieux.

Quelques astuces.

1. Fixer ses objectifs

J’ai décidé d’être franche et réaliste : je n’aurai jamais des jambes d’1m20 ni des bras aussi fuselés qu’une prof de yoga.

A partir de là, je peux établir des objectifs à peu près tenables : ne pas se lancer dans un marathon de fromage chaque soir mais s’accorder un petit écart le vendredi pour l’apéro.

Eviter les jours entiers de salade sans sauce pour finir le jeudi avec trois pizzas ou encore ne pas acheter « tous les calendriers de l’Avent qu’on croise » pour que ça fasse Noël à la maison et tous les engloutir.

Mon objectif est donc, je ne pas faire n’importe quoi avec mon corps pour pouvoir fixer un poids correct et une silhouette potable. Pour cela bien manger et bien bouger (« bien » voulant dire « un peu » chez moi).

2. Respecter raisonnablement ses objectifs

Voilà je me suis fixée de faire une demi-heure de Pilate tous les matins. Parce que je suis incapable d’aller courir en salle sur des tapis avec une bande de timbrés qui prennent des boissons aux testicules de taureau, parce que j’ai la flemme d’y consacrer plus de temps et parce que le soir, j’ai juste envie de m’enfouir dans mon canapé.

Concrètement : je parviens à faire du Pilate une fois sur deux (l’autre fois étant justifiée par beaucoup trop d’épisodes de Stranger Things la veille). Mais au moins, je fais un peu de sport, gentiment et ça se voit (un peu) sur mon corps. Plus motivant car le rythme n’est pas si dur à prendre. Le réveil est animal mais faire un peu de sport me met en jambe immédiatement et je peux profiter de mon café de meilleure humeur. Un luxe.

3. Cesser de culpabiliser

Sérieusement, plus je me dis « il faut que je perde deux kilos » moins je les perds. Lorsque je n’en n’ai rien à faire, je gonfle moins. C’est traître. Donc cette année je me concentre sur manger correctement, me faire un peu plaisir et j’oublie les fluctuations de la balance. D’ailleurs je ne monte plus dessus. Le fait de ne pas savoir remplacer les piles ayant beaucoup aidé.

Et si je n’ai pas eu le temps de faire mon petit Pilate du matin, bah je mange une salade de boulgour avec de l’avocat et j’évite le sandwich au Brie de La Bonne Tradition (une échoppe du 12ème qui vous donne des envies de meurtre s’il n’y a plus le sandwich au caviar d’aubergine.)

4. Choisir ses aliments type

Pour ne pas se rabattre sur « pizza surgelée » et « croque-monsieur » au supermarché, je me suis abonnée à des aliments sympas. Acheter plus de légumes frais m’a fait cuisiner davantage, manger mieux et ne pas tourner en rond autour des énièmes pâtes au pesto.

Salade, tarte, légumes rôtis, curry de légumes verts… Des trucs simples qui demandent juste de touiller deux trois fois, qui calent à mort et qui sont hyper sains.

5. Se faire plaisir intelligemment

On peut tromper le bourrelet avec finesse : ne pas se priver mais foncer sur des bonheurs intelligents.

Grignoter son carré de chocolat le matin au café plutôt que le soir, se préparer des assiettes mortelles mais de petites quantité (un peu de houmous, un peu de caviar d’aubergine (oui c’est une réelle obsession), une peu de fromage frais, des feuilles d’endives (pour ne pas tremper QUE le pain dedans), des lentilles corail, des bâtonnets de concombre et de carottes… Bref, une giga assiettes avec plein de trucs cool mais pas malsains.

 

Je passe ainsi des apéros sans gonfler en me disant « Hey j’ai mangé quatre fruits et légumes en un apéro ! Et de cinq avec le vin ! »

 

LP. 

Crédit Photo / Pinterest