Comment je me suis réconciliée avec mon TEINT

J’avoue, au réveil comme tout le monde, il m’arrivait de temps en temps (bon d’accord, presque à tous les coups) de me regarder dans le miroir et d’avoir un sursaut de frayeur.

Et puis, à force de chercher, tester, échouer et persévérer (coup de bol, je suis têtue), j’ai fini par… m’admirer dans la glace. Oui, oui !

Parce que maintenant, je suis hyper au point dans ma routine teint parfait… 

1. Je floute

Tout l’art d’un joli teint sans défaut, ou qui a l’air sans défaut (et la nuance a son importance), c’est de savoir flouter ! Du coup, quand je vois un bouton qui se pointe, plutôt que de m’exciter en le traitant de tous les noms (« eh viens là toi petit bâtard que je te fasse ta fête »), bah je sors mon petit stylo correcteur, et bim j’applique par-ci, par-là, je prends un petit pinceau (ou mes doigts, si je veux que ce soit encore plus naturel), et je fonds la matière.

2. Je maîtrise ma BB

Ma petite BB crème chérie, qui me sauve de tous ces matins tellement à la bourre que j’ai à peine le temps de regarder avec regret ma tasse de café avant de claquer la porte… Je l’ai choisie juste à ma carnation, surtout pas trop foncée, pour éviter de ressembler à Melania Trump, et puis j’ai pris un pinceau spécial fond de teint pour l’appliquer.

Je mets toujours la matière de l’intérieur vers l’extérieur, pour éviter les démarcations, et j’étiiiiiiiiire bien comme il faut. Hop, je suis parfaite ! (bon, presque)

3. Je sais ce dont il a besoin

Parce que mon teint, finalement, c’est quand même un reflet criant de vérité de mon hygiène de vie, je sais pertinemment qu’à chaque lendemain d’apéro-saucisson-mojito, je vais 1/ me sentir mal, et 2/ avoir la mine brouillée et grisâtre comme le ciel londonien un jour de fog.

Donc, ces jours-là, je pense à m’hydrater un max à coups de tisanes réconfortantes et de petits bouillons revigorants, comme le disait si bien mémé Berthe. Et après, je me sens mieux et lui aussi !

4. Je le mets au pas

Les jours de pores dilatés, je ne le porte pas dans mon cœur mon teint, c’est sûr, mais je sais comment faire pour qu’il retrouve sa cadence beauté vite fait bien fait : avec un bon petit gommage aux acides de fruits, suivi d’un masque à l’argile (verte pour la peau trop grasse, rose pour la peau fragile, blanche pour la peau sujette aux rougeurs).

Je laisse poster 20 minutes, je rince et me voilà avec le minois frais et rose comme une petite pêche dorée au soleil !

5. Je lui offre un nettoyage en cure

2 fois par an, sans faillir, je m’attaque à tout ce qui encombre et empêche ma peau de respirer : avec un soin peeling en cure d’1 mois, qui va effectuer un vrai bon nettoyage bien plus poussé qu’un simple gommage, et désencrasser mes cellules trop polluées.

Avant, c’est vrai que j’étais plutôt méfiante face à ces « décapages » un peu trop agressifs pour ma peau sensible. Mais aujourd’hui, je sais que je peux y aller, avec des formules de mieux en mieux étudiées pour ma petite peau douillette.

6. J’adopte un rituel du soir

Enfin, pour que mon teint reste aussi pur qu’un ciel bleu givré au-dessus des Alpes, j’ai établi une petite routine du soir qui me fait me sentir ultra bien au moment de poser ma tête sur l’oreiller.

Tout commence avec un démaquillage soigneux : une petite huile pour éliminer au coton les impuretés, une eau florale de rose pour un coup de frais, et une crème adaptée à mon type de peau pour régénérer mes petites cellules épidermiques en rêvant à Ryan (Gosling ou Reynolds, ce soir ?). 

 

Aurélie Poumailloux

Crédit photo : Pinterest