Comment j'ai TROUVÉ l'épilation PARFAITE

Oui, c’est vrai que quand ado j’ai commencé à examiner d’un air horrifié cette nouvelle pilosité apparente envahissant mes jambes, mes aisselles et tout un tas d’endroits de mon corps, j’ai un peu paniqué et me suis emparée bêtement du premier rasoir venu…

Mais toute cette période n’est heureusement plus qu’on lointain, très lointain souvenir, parce que j’ai pas mal tâtonné, et fini par mettre au point la stratégie parfaite pour mettre à bas l’ennemi sans trop de casse… 

1. Le bon outil

Premier constat, et sans doute le plus important : non, l’outil parfait pour éliminer les poils, corps et visage, ça n’existe pas. Monde cruel…

Mais la bonne nouvelle, c’est qu’il m’a suffi de dénicher, pour chaque zone, l’instrument le plus adapté : la technique du fil pour les sourcils (confiés à une main experte, hein, histoire de ne pas me retrouver avec un gros trou au-dessus des yeux), la cire orientale (plus douce pour mon épiderme douillet) pour mes jambes, les bandes de cire pour mes dessous de bras, et surtout… l’institut régulièrement pour les zones trop délicates ! (oui j’avoue, je n’ai jamais réussi à enlever cette bande de cire quand j’ai voulu m’épiler le maillot toute seule comme une grande…).

2. La bonne fréquence

Une fois le désherbage en règle effectué, commence la lente et sensible période dite du « hiiiiii j’ai un poil qui repousse au milieu là je fais quoiiiiii ». C’est là qu’il faut apprendre à rester zen et être toute yogattitude… Bon, en tout cas, ne pas se précipiter immédiatement sur son épilateur électrique pour faire un carnage !

Parce que la clé de l’épilation réussie, c’est aussi cette règle capitale : 1 mois tu attendras avant de remettre ça. Histoire que les poils ne se méfient pas et sortent gentiment tous ensemble. Après, on pourra s’en donner à cœur joie et virer tout ce petit monde en une seule et bonne fois.

3. Le bon frottage

Que toutes celles qui croyaient pouvoir s’en tirer avec une épilation et basta, filent se planquer sous leur couette et méditent sur leur honte ! Parce que moi, le jour où j’ai enfin pris les choses en main, et que j’ai constaté le résultat (oh ! des jambes lisses et douces !), je n’ai plus jamais lâché mon exfoliant maison : un peu de sucre roux mélangé à un peu d’huile neutre (amande douce, jojoba…), et en avant pour un bon frottage une fois par semaine (moi, j’ai choisi le dimanche soir, après le bain, pour encore plus d’efficacité !).

4. Le bon chouchoutage

Pour parfaire ma peau devenue aussi lisse et douce que celle d’un bébé bien potelé, j’ai opté pour une hydratation maxi, tous les soirs sans faillir : et là, j’ai bien choisi mon approche, avec de l’aloe vera (pur au maximum, il faut traquer les étiquettes !) au pouvoir ultra hydratant, apaisant et cicatrisant.

Petit à petit, j’ai vu mon épiderme s’extasier de suavité et de tendresse, et même le Sieur Moustaches est venu se blottir contre mes gambettes en ronronnant de plaisir un soir d’humeur affectueuse.

5. Le bon anti-poils incarnés

Ah bah ça, je n’y ai pas échappé, à ces petites pourritures qui poussent sournoisement sous la peau en faisant bobo… Mais, depuis que je suis tombée sur LA crème miracle, je m’en fiche comme de ma première paire de sneakers.

Et celle qui m’a sauvée, c’est la petite crème cicatrisante (Cicalfate, Cicaplast…) en application sitôt l’intrus en train de débarquer : une bonne noisette matin et soir, et hop le souci est réglé en quelques jours.

 

Aurélie Poumailloux

Crédit photo / Pinterest