Comment bien ARNAQUER un enfant ?

Non mais ce petit morveux qui se croit le nombril du monde n’avait qu’à pas vous faire monter la moutarde au nez, hein !

Voici comment lui rabattre son caquet vitre fait, bien fait… 

1. Le mensonge éhonté

Teu teu teu… Vous n’allez pas nous faire croire qu’io ne vous est JAMAIS arrivé de raconter des bobards à votre petit neveu qui vous casse les bonbons, juste pour qu’il gobe sa purée verte et vous fiche la paix ? Bon, alors si tu ne manges pas cette succulente bouillie de haricots, tu sais ce qui va t’arriver, mmm ? Oui, des lutins méchants viendront te tirer les pieds toute la nuit en ricanant. Ah tiens, tu as déjà fini ?

2. La menace du Noël annulé

Ohlala, mais tu sais que le Père Noël tient un livre de surveillance ultra strict sur chaque petit enfant de la Terre, et que grâce à son réseau d’elfes très renseigné, il va le savoir si tu t’obstines à courir dans le magasin en braillant comme ça ? Ah oui, ça calme.

3. L’étalage de connaissances

Ah, cette petite croit qu’elle peut vous coller sur n’importe quel sujet, pas vrai ? Et vas-y que je te pose des questions sur le nombre d’étoiles dans le ciel, et que j’attends la réponse d’un air narquois… Tu veux vraiment le savoir, ma chérie ? Alors aux derniers recensements, il y en avait très exactement 56 milliards et des poussières. Une autre question ?

4. L’ignorance

Prenez un mioche hurleur, faites-le brailler pour avoir une glace à la chantillyyyyyyyyy devant une mère à bout, il roulera sournoisement par terre jusqu’à obtenir gain de cause, et il l’aura probablement. Prenez le même face à un adulte détaché, qui continuera tranquillou sa petite discussion au téléphone sans lui prêter la moindre attention… Oui, c’est un petit exercice de maîtrise de soi qui demande un effort, mais il fait ses preuves !

5. Le retournement de question

Ah, il aime bien vous casser les pieds à vous poser des questions toute la journée… C’est là que vous pouvez lui retourner directement le problème dans sa face : non, ça je ne sais pas, mais toi est-ce que tu sais pourquoi les flamants roses sont roses ? Voilà qui devrait lui donner matière à réflexion pendant un moment (pssssst : c’est parce qu’ils mangent une espèce de crevettes particulière !)

6. Lui rappeler qui est le « grand »

Alors voyons, tu mesures combien toi déjà ? Ah oui, 1m02. Tu sais combien je mesure, moi ? Bon, quand tu auras atteint ma taille, on en reparlera, d’acc’ ? Voilà.

7. Ne pas hésiter à employer la manière forte

Mais non, rangez donc ce martinet. En revanche, ne pas oublier de lui glisser gentiment que vous fatiguez à un point que vous songez sérieusement à le déposer manu militari chez tata Jacqueline, qui l’attend avec ses petits-beurres à la date de péremption plus que dépassée.

 

Alors, c’est qui le chef ?

 

Aurélie Poumailloux

Crédit photo / Pinterest