Les BONNES BACTÉRIES, la CLEF d'un peau PARFAITE ?

Des probiotiques pour notre peau ?! L’idée dingue mais pas si bête conçue par un pharmacien serait le secret pour un épiderme épanoui et heureux…

Marie Drago, fondatrice de la marque Gallinée spécialisée dans les cosmétiques au complexe breveté de prébiotiques, probiotiques et acide lactique, nous raconte la fascinante histoire de cette gamme révolutionnaire pour notre peau.

1. Qui êtes-vous et comment en êtes-vous venue à fonder votre marque de soin ?

Je m’appelle Marie Drago, je suis pharmacien et j’ai toujours travaillé pour des marques de soin. J’ai aussi certaines maladies auto-immunes qui m’ont fait me passionner pour le monde du microbiome, notre écosystème bactérien. Et en voyant comment les pré- et probiotiques pouvaient être bénéfiques pour la digestion, je me suis dit qu’il serait logique de transférer ce savoir au microbiome de la peau.

En faisant les recherches sur la science du microbiome, j’ai réalisé que j’avais tous les éléments pour créer une marque de soin vraiment différente, et je me suis lancée.

 

2. Comment les bactéries gouvernent-elles nos épidermes ?

Plus qu’un gouvernement bactérien, je pense qu’il faut vraiment voir notre peau et nos bactéries comme une incroyable coopération.

Les deux systèmes communiquent en permanence, les bactéries apprenant aux cellules de la peau comment reconnaître les agressions, et comment ne pas réagir contre les bonnes bactéries. C’est pour cela que quand notre écosystème est endommagé, on voit apparaître des réactions de la peau, comme l’inflammation, le vieillissement prématuré ou même l’eczéma.

3. Comment "bien" penser le système de notre peau ? Comment la comprendre ?

C’est ce que je trouve passionnant avec le microbiome : cela redéfinit vraiment qui nous sommes. Nos bactéries sont parties intégrantes de notre « nous ». Elles sont là depuis notre naissance et nous sont complètement personnelles.

Il faut donc voir votre peau comme un incroyable écosystème vivant, où cellules humaines et bactéries travaillent ensemble pour créer un peau saine et protégée.

J’ai tendance à l’imaginer comme une forêt amazonienne personnelle : riche, vibrante et à préserver car plus fragile qu’on ne le pense.

 

4. Quels sont les gestes rédhibitoires pour la peau ?

Se laver trop est sans doute ce que nous faisons de plus dommageable pour notre peau. Mais dans les environnements très pollués où nous vivons, c’est quand même important de pouvoir se sentir propre. Mais nettoyer ne veut pas dire désinfecter !

Je pense qu’il faut apprendre à être plus doux avec notre peau, et le plus possible, lui laisser vivre sa vie.

5. Que pensez-vous de la multiplicité des nettoyages, soin, sérum, crème traitante etc pour la peau ? Est-ce trop décapant ?

Je pense qu’en général, on a tendance à en faire un peu trop. Et l’accumulation de tous ces conservateurs sur la peau a un impact sur votre écosystème bactérien et donc sur la peau.

Je conseille d’éviter les produits contenant des SLS, de l’alcool ou des antibactériens.

 

6. Comment faire pour regagner son capital bonnes bactéries sur la peau ?

C’est un peu étrange pour une marque de soins de dire ça, mais utiliser moins de produits donne souvent une plus belle peau. Mon commentaire préféré est quand une cliente me dit qu’elle a arrêté de mettre du fond de teint après avoir utilisé Gallinée, car plus besoin ! Cela revient souvent.

Sinon il faut aussi utiliser des produits doux, au bon pH. La bactérie de l’acné par exemple se développe surtout à ph6, donc utiliser des produits au pH physiologique de 5 aide à réduire sa croissance.

7. Comment agissent les soins Gallinée ?

J’ai voulu créer des soins à la fois très doux, très efficaces et le plus naturels possible.

Pour le côté doux, tous nos produits sont à pH5, sans alcool et sans SLS. En même temps ils contiennent une haute concentration d’actifs probiotiques et prébiotiques, ainsi que de l’acide lactique. Et ils sont 95% naturels, mais c’est surtout le concept lui-même qui est le plus naturel au monde : soutenir les bonnes bactéries et aider à la santé de la barrière cutanée !

 

8. Est-ce que le travail sur les bonnes bactéries ouvre une belle piste pour les peaux à impuretés ?

En ce moment il y a deux grands axes de recherche en rapport avec le microbiome de la peau : l’acné et l’eczéma. Bien qu’ils aient l’air éloignés, les deux sont liés à un problème bactérien.

Je pense que cela va bientôt apporter une révolution dans le traitement des peaux à impuretés. Au lieu de désinfecter la peau en espérant ne plus revoir la bactérie de l’acné (avec des antibactériens, des antibiotiques, de l’alcool…), pourquoi ne pas aider les bonnes bactéries à recoloniser la peau et repousser elles-mêmes les bactéries responsables de l’acné. Je pense que c’est beaucoup plus logique.

Il semble que nous ayons un peu d’avance sur le sujet : nous avons beaucoup de clientes qui nous disent que Gallinée a vraiment changé leur peau, en particulier sur tout ce qui est imperfections et peaux sensibles.

Crédit photo / Instagram @gallinee_beaute