SEULES les FILLES à la peau TRANSPARENTE comprendront…

Si votre regard s’illumine en lisant « peau transparente », c’est que vous en êtes.

Vous n’avez pas la peau pâle, la peau beige clair, non vous avez le teint couleur fantôme. Cette couleur qui laisse gentiment ressortir toutes veines vertes et rougeurs ; cette couleur de teint qui ne trouve JAMAIS de fond de teint ni de blush qui ne fasse pas clown triste.

Bref, votre peau a décidé d’être plus transparente que l’eau de source ? Vous vous reconnaîtrez forcément dans ces galères…

1. L’enfer cosmétique

Bon bah c’est simple, chaque fois qu’on met un fond de teint, dans la salle de bain, ça a l’air bien et une fois au grand jour, on se rend compte de la catastrophe.

On dirait que l’on a mis une teinte pour peau mate alors qu’on a bien pris le numéro 20. Numéro 20 « Pearl vanille claire » qui n’est jamais d’ailleurs jamais en magasin parce que « Oh non c’est trop pâle… Essayez plutôt le beige rosé ce sera très bien pour vous ! » On a envie de la tuer cette vendeuse qui nous a fait dépenser des centaines d’euros dans des fonds de teint trop foncés. Ils trainent dans un tiroir de la salle de bain mais on les garde en se disant : « On sait jamais ça pourra me servir quand je serai bronzée. »

2. Le bronzage ridicule

Bronzage que l’on tente et retente chaque année mais qu’il faut vraiment abandonner. Parce qu’à chaque sortie de peau au soleil il y a quelqu’un pour nous dire : « Ouhlaaaa ouuuuh tu rougis là hein, t’es rouge… » et nous de répondre systématiquement :  « Oui je rougis mais ça va après je bronze… »

Tu parles, même notre « bronzage » ne sait pas quelle couleur prendre. Il reste rougeaud pendant deux mois et on finit par coller un coup de fond de teint par-dessus parce qu’on n’a pas du tout bonne mine mais plutôt la mine couleur poivrote.

3. Les changements de température traitres

Notre peau transparente est bien sûr très fragile et ne comprend pas du tout ce que c’est qu’un changement de température. Elle se met tout de suite en mode panique à bord, warning, phare, feu rouge, mayday mayday on va tous crever !

Donc chaque fois qu’il fait froid et qu’on rentre dans une pièce chauffée, on rougit et pareil quand on se prend un coup de clim’ après être allée dans la chaleur… Il nous faudrait un genre de bocal à poisson que l’on porterait en scaphandre pour maintenir sur nos joues à la même température.

4. Les jambes map monde

L’été, c’est le moment des complexes, on voit toutes ces femmes qui sortent la jambe nue, nette, dorée, lisse et nous, on peut compter nos veines et tracer notre périple de vacances Paris-Carcassonne avec nos veines.

Bon on a une astuces… La BB crème pour jambe, mais attention,  il faut sacrément l’étaler parce que bien sûr pour nous même la teinte la plus claire, c’est du marron foncé…

5. La maladie permanente

« Ça va t’es toute pâle ? » Oui putain je suis toute pâle parce que j’ai la peau pâle c’est pas une maladie bordel !

Impossible de passer un hiver sans passer pour la malade de service. Ni de passer l’été sans entendre quatre fois par jour « Tiens mets-toi un peu au soleil dis donc t’en a besoin hein ! »

6. La joie des infirmières

Alors là par contre quand on arrive dans un hosto on est comme au Martinez.

Toutes veines dehors, on arrive pour la prise de sang bras tendus et on voit l’infirmière qui s’illumine, trop contente de voir notre carte routière sur nos avant-bras. Limite si elle n’appelle pas toutes les internes pour s’entrainer sur nos bras.

 

Certes notre peau a décidé d’être couleur film plastique mais du coup, pour contrer tout ça, notre caractère s’est bien développé et on a un potentiel chieuse assez ouf. Un vrai don du ciel.

 

Crédit Photo / Pinterest