OUCH ! LE PORNO les empêche de BANDER !

Ah bah voilà. La cata.

V’là qu’on vient d’apprendre que quand Zozo mate un porno en douce (enfin, c’est ce qu’il croit), c’est ultra mauvais pour Big Ben !

Avant de paniquer, on fait le point.

1. Un tue-l’amour

Mmmmm, un petit film sympathique dans lequel zozo et zézette jouent à zizi-panpan… Et vas-y que je te fais un petit pont, et vas-y que je te montre la brouette japonaise triple salto inversé… Forcément, après avoir maté ça, quand il se retrouve face à une vraie personne dans un vrai lit, le Charmant ne sait plus trop comment s’y prendre et ça finit généralement en eau de boudin. C’est le moment de reprendre les choses en main…

Et il y a une sacré éducation à refaire ! Alors ici là, ça s’appelle un « clitoris », oui oui…

2. La mi-molle

Trop de porno tue l’engin de Julot ? Eh bah oui ! 3 à 5 films de cucul par semaine, et c’est la cata, la déroute, la débandade, le sauve-qui-peut généralisé : voilà que le mâle viril se dégonfle comme un soufflé au fromage à la sortie du four.

3. Libido zéro

Une bonne nouvelle en cachant toujours une autre, on apprend aussi, tant qu’à faire, que plus notre Pinpin est accro aux films classés X, plus il pourra avoir des baisses de libido… ah oui, apparemment, c’est plus alléchant sur l’écran que dans la réalité !

4. Doucement sur la diabolisation...

Bon, on ne va quand même pas se mettre à installer des logiciels espion pour vérifier l’historique de zozo chaque fois qu’il se connecte sur son ordi hein ! D’abord, parce qu’on aurait besoin de son aide pour les installer… et ensuite, parce que si on en arrive à ce point, c’est qu’il est sûrement temps de « faire un point » (oui c’est plus chic que « ça sent l’sapin, j’me tire ! »).

5. Alors, on fait QUOI ?

Bon, déjà, on souffle un coup et on relativise. Non, ce n’est pas parce que votre Charmant (ou vous, d’ailleurs) aime bien regarder des scènes hautement interdites aux mineurs, que ça fait de lui un obsédé ou un pauvre type qui va de toute façon finir seul avec un engin défaillant… On peut en revanche lui en parler gentiment (tiens, tu sais quoi, j’ai lu une étude dingue l’autre jour sur le porno) histoire qu’il soit quand même au courant… 

Source : étude réalisée par Matthew Christman, urologue au Naval Medical Center de San Diego.

Crédit photo / Instagram