Ces PHRASES à rétorquer à un MEC trop COLLANT

Bon… Il y en a certains qui en tiennent une petite couche… On les appellera les « fluffy dudes ». Trop mièvres, trop inquiets, trop torturés, ils se mettent à vous coller comme une grosse boule de barbe à papa et vous ne savez plus comment vous en dépêtrer.

Pas de panique, on va le décoller ce gros chewing-gum goût papaye-fraise-licorne.

1. Le recadrage de maîtresse d’école

Bon écoute mon grand, c’est très bien tous ces petits mots, ces petits SMS tout ça mais tu sais c’est un peu invasif… Après seulement trois rencarts… (TROIS bordel de gnou vous connaissez à peine son prénom !!!!) Et puis on ne peut pas mettre trente-deux cœurs dans un texto hein ? Ça fait Reine des Neiges et les Disney, c’est mal…

2. La grave maladie

Allo ? Ah ? Tu veux qu’on se voie ? Je suis désolée mais je vais devoir faire une pause de toutes sorties pendant looooongtemps… J’ai attrapé un virus, je suis en quarantaine chez mes parents… J’ai des pustules partout et des saignements de nez… Oui voilà, désolée hein ! Bye… 

3. La garde alternée

Entre amis, passez-vous la garde du gros bébé mielleux pour que la rupture se fasse en douceur. Voilààà, tout doucement vous vous éloignez, hop récupéré par une copine et hop loinnnnn loinnnnn.

 [SAUT_PAGE]

4. L’invention de phobie

« Désolée »’, j’aime pas qu’on me touuuuche ! »

Jouez-la hystérique phobique qui se crispe dès qu’on lui touche le bras : « Ah nan désolée je peux pas faut que je sente que je peux faire des mouvements sinon ça m’oppresse… »

Au bout d’un moment il partira de lui-même, vous prenant pour une cinglée.

5. Le stop net

Oui c’est rude pour le petiot mais franchement ça lui servira à l’avenir. Allez-y franco tel un grand coup de pelle dans la nuque : « Johnny, j’ai pas besoin d’un gros koala gluant qui me suit. Franchement tu m’étouffes, tu me tiens tellement chaud que je suis moite tout le temps… On va arrêter là, j’ai besoin de banquise moi, désolée. »

6. Le twist flippant

Prenez vos yeux bizarres, ceux qui oscillent entre « je vais te tuer » et « hmmmmm viens mon mignon », et regardez-le ainsi chaque fois qu’il tente une approche…

Ça le mettra très mal à l’aise et il n’osera plus vous coller tant il se demandera si vous voulez le tuer ou le kidnapper…

Crédit Photo / Pinterest