GYNÉCO : 8 choses à lui AVOUER impérativement

C'est le petit rendez-vous annuel qu'on attend autant qu'on le redoute parce que, comme chez le dentiste, on ne se sent pas toujours très à l'aise chez notre amie la gynéco.

Et pourtant, allongée en arrière, pieds dans les étriers, on en aurait des choses à lui confesser...

1. Les petits boutons

Ils sont rouges, disgracieux, nous font mal et nous gratouillent terriblement le pubis. Hum. Alors quand elle se penche dessus, sourcils froncés, et qu'elle cherche à savoir pourquoi ils sont apparus, on a envie de siffloter et de dire qu'on en sait rien. Mais non, c'est là qu'il faut prendre son courage à deux mains pour lui avouer qu'on sait très bien que notre éruption cutanée est due à l'huile pour poils pubiens d'Emma Watson qu'on a absolument voulu tester…

2. Les pertes mystérieuses

On entre dans le cabinet, on dit bonjour, on s'assied, on sort sa carte Vitale et c'est le début de l'interrogatoire. C'est un peu le moment de jouer carte sur table avec notre gynéco qu'on aime tant. Pas la peine d'hésiter ou d'avoir honte, on lui avoue que oui, on a des pertes un peu bizarres qui nous font flipper depuis quelques temps et qu'on se demande bien ce qui nous arrive. Elle ne pourra que nous aider à aller mieux de toute façon, donc on ne lui épargne aucun détail.

3. L'étourderie

Elle nous scrute, par dessus ses lunettes et on sent qu'elle SAIT qu'on lui cache quelque chose. C'est un peu comme la maman de notre vagino del toro, il ne peut pas lui mentir et elle découvrira toujours la vérité. Donc on prend notre courage à deux mains pour lui dire qu'on a oublié de prendre la pilule une fois, la première semaine du cycle. Elle ne va pas nous juger, nous gronder ou nous mettre une claque. Non, elle va juste nous expliquer ce qu'on a à faire pour ne pas avoir bientôt un petit mioche non désiré dans les pattes.

4. La petite douleur

Depuis quelques temps, avec Zozo, on s'endort chacun de son côté sans se lancer dans des galipettes effrénées. Tout ça parce qu'on se sent tellement irritée que franchement, ça n'a plus rien d'une partie de plaisir. Bah ce genre de choses, ça ne sert à rien de les garder pour soi. Alors on lui raconte comment va notre yuki, histoire qu'elle lui prescrive LA bonne crème qui lui fera du bien.

5. Les gratouillis

Au bureau, on passe tellement de temps à se tortiller sur notre chaise que les autres commencent à trouver ça suspect et se demandent si on n'a pas attrapé la gale. Heureusement, super gynéco peut nous sauver mais uniquement si on lui explique que ça nous gratte un peu trop souvent dans la culotte pour que tout aille bien...

6. L'erreur de parcours

Une fois, on a zappé la capote avec Charmant, la veille de faire les tests pour les MST. Depuis, on vit dans la crainte d'avoir attrapé une maladie monstrueuse… Alors que le test est revenu négatif. C'est peut-être le moment de lui dire, à notre gynéco, elle saura comment nous rassurer là où tout le monde a échoué.

7. La méthode

On entend parler de cancer du sein et de dépistage toutes les cinq minutes mais on n'ose pas avouer à nos copines qu'on n'a toujours pas compris comment il faut se palper la poitrine pour voir si une vilaine boule ne s'y serait pas glissée. Pourquoi rester dans l'ignorance alors qu'elle détient le savoir ultime ?

8. Le déni de Satan

C'est la seule et l'unique à qui on peut avouer qu'on a tout le temps peur de faire un déni de grossesse, même si on a nos règles normalement et qu'on se protège tout le temps… Elle seule pourra nous aider à éradiquer cette peur panique.

 

 

MDS

Crédit Photo / Instagram