Je ne COUCHE PAS tous les soirs et je m’en FOUS !

Comme la nourriture « saine », le yoga, le jogging, les escaliers, il faudrait qu’on le fasse TOUT LE TEMPS ! Tous les matins, tous les soirs, en pause déj’ ou en prenant le bus !

Non mais flûte à la fin, est-ce qu’on ne peut pas faire un truc sans devenir une marathonienne ou une boulimique de la pratique ?

Pour le sexe, c’est pareil. Marre de s’entendre dire que l’on doit coucher tout le temps, que l’on doit être en parfaite forme physique et en parfaite adéquation avec son partenaire tout le temps ! Il y a des semaines avec et des semaines sans, et ça ne veut pas dire qu’il faut entamer une thérapie de couple pour autant !

1. Le désir fluctuant

La libido n’est pas à son pic en continue (non mais imaginez le bordel que ce serait de toute façon) et il y a des passages ou elle a un petit coup de mou.

Boulot, fatigue, course perpétuelle : difficile de se mettre en mode « j’ai deux heures devant moi pour faire un câlin ».

Il faut mieux éviter de se faire prendre par la routine frénétique mais parfois, c’est comme ça, et on ne va pas en plus s’ajouter la pression du sexe par là-dessus : « Il faut absolument que je trouve le temps de coucher avec lui sinon il ne m’aimera plus » ! Non mais ça va oui, il y a de quoi devenir dingue à ce train-là !

2. Le temps du corps

Il y a votre mental et il y a votre corps… Et zozo ne comprend pas forcément que vous ne « décollez » pas au quart de tour comme lui. Pas parce que vous êtes frigide ou que vous ne le désirez plus mais parce qu’après une journée de boulot, le corps met un peu de temps à se mettre en mode : « Bombe sexuelle prête à jouer au jeté de culotte. »

Oui, il faut parfois se faire titiller pendant une demi-heure pour qu’on ait envie de lancer notre culotte… Ah c’est trop long pour monsieur ? Eh bien c’est comme ça, nous ne sommes pas des robots ! 

[SAUT_PAGE] 

3. La farniente

Parfois on a juste envie de s’étaler dans son canapé avec un bon petit plat et de discuter. On aime ces moments-là, pas torrides, mais juste intéressants et posés.

On a envie de glander, de lire un bouquin, de se poser, de bricoler car oui, il y a des choses sacrément chouettes à faire en couple, en dehors du sexe (même s’il tient une belle position sur le podium).

4. La pression

Faites un test : ne pensez pas « sexe obligatoire », ne pensez pas « Il faut qu’il me désire encore », ne pensez pas « Il va me détester si on ne couche pas » et faites en sorte qu’il ne vous mette pas la pression… Bim, le désir revient au galop !

Car ce qui tue toute envie de sexe, c’est le manque de spontanéité, la pression, le « Il faut le faire ». Ça place les rapports sexuels dans un routine quasi médicale : « Tous les ans, c’est visite chez la gynéco ! »

Il vaut mieux coucher moins mais mieux !

[SAUT_PAGE] 

5. La valorisation

Pour être bien dans son couple et donc, dans son « sexe », il faut se sentir bien, belle et valorisée. Il y a des jours où on ne sent pas au top. Ballonnée, grise mine ou mal aux cheveux nous font sentir un peu pourrie et ne nous donnent pas envie d’ébats torrides.

Faites comprendre au zozo qu’il va falloir un peu plus qu’un pénis pour vous motiver (eh oui, nous ne fonctionnons pas au visuel comme eux, la vue d’un pénis ne nous rend pas complètement hystérique… C’est comme ça c’est chimique !)

Valorisation, câlin, intérêt pour votre personne sont tant de choses qui doivent être entretenues et ce, sans arrière-pensées !

C’est fatiguant de se dire qu’on ne pourra pas lui rouler une pelle sans qu’il veuille nous sauter dessus. Préliminaires, baisers et contact physique sont très importants aussi SANS pénétration.

 

A faire passer…

 

 

 

Crédit Photo / Pinterest