SEXE : les 6 CHOSES qui CHANGENT quand vous faites l'AMOUR BOURRÉE ! #Hisséooooooo

Que celle qui n'a jamais fricoté sous la couette avec un – ou deux – verres en trop dans le nez, nous jette la première capote !

Parce que oui, ça arrive…

Et que, même si on pense que ça ne change rien, ça change quand même quelques petites choses !

1. L'imagination

Si on pense que ça pourrait décupler l'imagination, et nous faire exécuter des positions inouïes, on se fourre le doigt dans l’œil ! Oui, on est un poil désinhibée, mais cela ne fait pas spécialement de nous une guerrière de la couette… Quoi, vous avez déjà réussi à rester sur une jambe, tête en bas, un bras au-dessus de la tête et l'autre qui attrape son orteil, avec deux grammes dans chaque narine ? Déjà que sobre, on n'a jamais vraiment réussi à la réaliser, cette position, alors dans le noir, avec Zozo, cul nu et ronde comme une queue de pelle, ce n'est pas vraiment jojo !

 

2. Le sommeil

Bah il faut dire que quand on a un poil forcé sur le pinard à l'afterwork au bureau, la migraine que nous a déclenchée cette piquette de vin rouge, elle nous donne envie de tomber sur notre lit, chaussures aux pieds, et de ronfler comme une bienheureuse. Alors quand on tente une petite session câlinou-coquinou, la probabilité pour que l'on s'endorme en bavant sur l'épaule de Zozo est assez énorme ! Au moins aussi énorme que notre gueule de bois du lendemain, ce qui n'est pas rien.

 

3. La séduction

Nul n'est sans savoir que lorsque l'on est bourrée, notre jugement est fortement altéré… Notre capacité à distinguer le bien du mal, le beau du moche et le jour de la nuit disparaît subitement et nous laisse dans une sorte de brouillard mystérieux. Alors on a l'impression d'être une surfemme. Donc quand on rentre et que l'on va rejoindre Zozo dans la chambre, on lui sort le grand jeu : strip-tease, mouvements langoureux et regard de séductrice. Sauf qu'en réalité, on tombe trois fois en essayant d'enlever nos chaussures, nos mouvements sont loin d'être sexy parce qu'on ne sent plus notre corps donc on ne sait pas du tout coordonner nos gestes et avec notre maquillage qui coule et la goutte au nez on ressemble plus à un panda en pleine crise d'épilepsie qu'à la fille sexy qu'on pense vraiment être.

 

4. La durée

L'alcool, ça brouille tous les sens et donc toute appréciation de temps ou d'espace… Alors à peine commencés les préliminaires, on a déjà l'impression qu'on y est depuis des HEURES ! Sauf qu'on s'est à peine roulé deux pelles et qu'en fait, on est encore toute habillée… Et Zozo, il met du cœur à l'ouvrage, mais vous, vous soupirez parce que vous pensez réellement que cela fait des plombes que vous avez commencé et vous n'avez qu'une envie : dormir et cuver. Le pauvre, il pense que vous n'aimez pas et que vous vous moquez de lui à lui souffler dans l'oreille… Alors forcément, ça part en engueulade.

 

5. L'orgasme

Soi-disant quand on est bourrée, les sensations sont DÉCUPLÉES et l'orgasme est DIX fois plus DIIIINGUE, bla bla bla… Alors qu'en fait, l'alcool, ça coupe TOUT… Et qu'on a beau faire tout ce qui est en notre pouvoir, l'orgasme, ça fait longtemps qu'il s'est noyé dans ces litres de bière qu'on s'est enfilés ! Non seulement on ne pense qu'à dormir, mais en plus on n'arrive pas vraiment à gérer notre corps comme on le voudrait. Les gestes sont lourds, décalés, mous… Bref, pas vraiment de quoi faire une performance olympique !

 

6. Le malaise

Non, pas le malaise dans le sens « évanouissement de plaisir », mais bien le malaise dans le sens « on n'est pas à l'aise » ! Parce que quand on est bourrée, on a l'estomac vachement plus fragile. Et comme quand on fait l'amour ça bouge, ça tourne, ça contracte les muscles tout ça, tout ça, eh bien le vomi, il est vachement plus accessible qu'en temps normal… Et un petit accident de foie-trop-plein est vite arrivé ! Alors qu'en temps normal, on ne vomit que lorsque l'on veut tenter la position de l'écureuil volant ! 

Crédit Photo / Pinterest