Je veux des ENFANTS mais pas des GROS CONS, que faire ?

Bon, vous avez déjà fait un grand pas dans votre vie : se dire que faire enfants, ce serait peut-être une option envisageable. Maintenant, une peur bleue vous plaque au sol : « Et s’ils étaient complètement cons ? »

Non mais pas de panique on vous comprend… Quand on voit certains gosses, on se dit qu’il y a de quoi hésiter…

Alors on met tout de notre côté pour ne pas se coltiner des monstres baveux et hurlants.

1. Mettez une option sur les enfants des autres

Mais quoi euh ? Vous pouvez éventuellement devenir la super tata, marraine ou que sais-je des gosses de vos potes.

Alors même s’ils ne sont pas encore faits, vous en parlez avec eux direct : « Je serai la meilleure tata du monnnnnnnnde. » Et puis si le gosse est ignoble, prétextez un maladie grave ou un voyage lointain pour vous en séparer.

2. Prenez un chien

Non mais par prudence… Comme ça, vous verrez gentiment ce que c’est d’avoir des responsabilités, des petits câlins, un peu de bave… Et puis si ça vous gonfle, vous vous arrêterez au chien.

3. Interdisez à votre futur enfant d’ouvrir la bouche

Non mais pas pour toute la vie hein ! Jusqu’à ses dix-huit ans seulement ! Comme ça vous limiterez un peu le débit de conneries… Enfin peut-être…

4. Demandez à votre mère

Comment elle fait pour faire une fille aussi géniale que vous ! Bah quoi ? Un peu chiante vous étiez ? Oui mais bon, quelle pépite vous êtes à présent !

5. interdisez-lui la télé

Vous pouvez espérer que si votre enfant reste trèèèèèèèès loin de Cyril Hanouna, il pourra passer au travers de la haute bêtise… Mais attention c’est pas simple car dans dix ans il se retrouvera sur nos Danette, c’est sûr.

6. Le barricader des cons

Si vous l’empêchez de connaître l’existence de Marine Le Pen, de Kévin le petit con qui lance des crottes de chien et de la création sur terre d’une personne comme Donald Trump, peut-être que sa notion du mal sera sous-développée…

7. Allez vous assoir au fond de la classe

Dans sa maternelle, foutez-vous au fond de la classe et lancez-lui des craies dès qu’il dit une connerie. Oui il fera une psychanalyse à vie pour se remettre du poids de sa mère mais au moins, vous aurez veillé de près.

8. Appelez-le Jordy et lâchez l’affaire

Oh et puis merde, vous verrez bien. Peut-être que votre Jordy qui mangera ses crottes de nez et insultera ses profs à trois ans sera en fait un petit ange de grâce et de gentillesse… Comme vous quoi !

Crédit Photo / Pinterest