DETOX : nos ASTUCES pour perdre son GRAS de NOËL

Entre la dinde farcie, les marrons, le foie gras, le saumon fumé, la bûche pâtissière, le pain surprise et le champ’, les fêtes nous ont laissé un impérissable souvenir… bien accroché à nos hanches et nos fesses !

Pour les déloger fissa sans forcément passer par une diète tristounette, voici comment on s’y prend !

1. La détox intelligente

Evidemment, quand on pense « detox », on se met à voir des jus de citron et des petits bouillons sans gras à tous les coins de rue… et on en a l’estomac qui gargouille de famine à l’avance !

Sauf que, si on commence comme ça, on est à peu près sûre que ça va se terminer en « je tiens 2 jours, et après je crève la dalle donc je reprends tout d’un coup ».

La bonne méthode : oui aux tisanes dépuratives tout au long de la journée, mais sans se priver de nourriture solide à côté, histoire de ne pas user ses batteries. On mise sur le radis noir, l’artichaut, l’anis étoilé… pour remettre son foie à neuf !

2. La bonne assiette

Pour une assiette vraiment équilibrée, tout est question de quantité : une moitié de légumes, un quart de féculents, et un quart de protéines (viande blanche, poisson, œufs…).

Pour une fois, des maths pas compliquées à retenir !

Et pour varier les menus, le soir on pense aux légumineuses et aux céréales, qui permettent de rassasier son estomac sans le plomber. Le tour est joué !

3. Le piège de la galette

Qu’est-ce qui arrive tout droit juste après les fêtes de fin d’année, pour assommer notre foie en bonne et due forme ? La bonne vieille galette à la frangipane, bien sûr !

Et entre celle que l’on va manger en famille, celle que l’on va boulotter entre collègues au bureau, ou encore celle que notre pote nous aura conviée à déguster, on va avoir du mal à s’en sortir…

Le bon réflexe : comme de toute façon, à un moment ou un autre on va devoir croquer dedans, la règle d’or c’est de se servir une petite part et une seule ! Le kilo de pâte feuilletée au beurre, il sera pour les hanches de la voisine, merci…

4. On fait bosser ses poumons

On se sent lourde, on se traîne le bide planqué sous des sweats informes en jurant qu’on ne nous y reprendra plus (c’est c’la, oui…)… Alors que pour se sentir mieux très vite, il suffit tout simplement de respirer !

Alors oui, ça implique de sortir pour affronter le froid, mais s’oxygéner en gavant ses poumons d’air frais, c’est ce qu’il y a encore de mieux pour signifier à son corps qu’il faut arrêter de stocker illico presto !

On n’oublie pas de bien respirer en gonflant puis en rentrant le ventre, pour maximiser ses efforts.

5. On ne lâche pas le gras !

Oui, on veut éliminer notre gras du bide, mais cela ne veut surtout pas dire qu’il faut éliminer toute matière grasse de son alimentation ! D’abord, parce que ce serait trop triste… et puis, parce que, ouf, les acides gras sont quand même essentiels à notre organisme.

On évite simplement, pendant une petite quinzaine de jours, d’étaler plus de beurre que de confiture sur sa tartine le matin (ou, on vous a vue), et on privilégie la bonne vieille huile d’olive pour cuisiner !

6. On bouffe de l’algue

On vous sent un peu réticente, d’un coup… Mais non, il ne s’agit pas d’aller courir sur les plages bretonnes pour ramasser des algues et se les préparer en salade, hein !

Mais quand on sait que c’est une source imbattable en protéines, en minéraux, en calcium, en magnésium… et tout ça, sans peser sur la balance, forcément, là on se dit que finalement ça vaut peut-être le coup…

En pratique, on mise sur la spiruline, le wakamé, le nori, l’agar-agar… On commence par les mélanger à ses plats, pour découvrir le goût, et après on ne peut plus s’en passer !

 

 

Aurélie Poumailloux

Crédit photo / Pinterest