Ne pas prendre un GRAMME à NOËL en mangeant COMME ÇA !

Oui, vous vous dites qu’on est tombées sur la tête et qu’il est statistiquement IMPOSSIBLE de manger à Noël sans prendre un seul gramme, vu l’orgie de bouffe à laquelle on va avoir droit, comme tous les ans.

Mais vous allez voir, on a nos petits secrets…

1. Mâcher 130 000 fois

Ou à peu près : le temps de compter, de toute façon, ce sera déjà l’heure de sortir de table et vous aurez échappé au calvaire : la bûche pâtissière !

2. Commencer en avalant un grand verre d’eau

Hop, à taaaable ! Avant d’accepter le moindre verre de vin ou de vous servir de foie gras, avalez d’un coup un grand verre d’eau bien rempli : un réflexe salvateur pour votre foie, qui vous en remerciera plus tard, promis.

3. Bouder

Non, pas bouder en vrai, hein, mais juste bouder le foie gras. Parce que bon, vous le savez pertinemment, chaque année vous récoltez une énorme tranche de foie gras, et après… ben, après, vous ne pouvez plus rien avaler.

Vous vous rattraperez plus tard !

4. Faire des pauses

« Oh tiens j’ai plus faim », allez je vais faire un petit tour et je reviens hein, m’attendez pas pour la suite !

Et voilà comment on arrive à sauter d’un coup le fromage et les marrons !

5. Jouer avec les gosses

Oui, vous n’aimez pas trop les gosses en général, mais à Noël, curieusement, vous faites un effort : quand on vous aura refilé la 4è tranche de dinde, vous pourrez toujours la balancer dans leur assiette, de toute façon comme ce sont des gosses personne ne leur dira rien !

6. Partager le dessert

Vraiment TROP bonne cette bûche, mais je sens que je vais caler, là… qui veut partager avec moi ? Et hop, vous vous débarrassez des 3/4 de la crème au beurre vite fait bien fait !

7. Zapper le pain surprise

Vous savez, la fameuse montagne de petits toasts garnis indétrônable à l’apéro, comme si c’était une obligation, une tradition à laquelle personne ne peut échapper, et qui vous bourre l’estomac de pain pas terrible et de garniture douteuse (c’est quoi ? Du pâté ? Du tarama ? On ne sait jamais trop…).

8. Le refuge ultime

Bon, en dernier recours, il vous reste l’arme fatale et imparable (mais attention, vous ne pourrez pas l’utiliser tous les ans, sinon ça paraîtra suspect) : prétendre que vous avez chopé la gastro, et vous enfermer dans une chambre le temps que le repas soit passé.

 

 

Aurélie Poumailloux

Crédit photos / Pinterest