SODOMINETTE : est-ce un DANGER pour la SANTÉ ?

La sodomie reste un fantasme très masculin. Et pourtant, cette position du Kama-Sutra, largement appréhendée par les femmes, peut procurer autant de plaisir aux deux partenaires.

Même si de moins en moins taboue, elle est encore mal connue et surtout mal abordée !

Alors pour celles qui veulent faire le grand saut, on vous décrypte les dangers potentiels de la sodomie.  

1. La lubrification

Contrairement au vagin, l'anus ne sécrète pas de substances lubrifiantes naturelles. D'où la pénétration difficile voire douloureuse que l'on redoute tant ! Pour que tout se passe bien (et pour que tout passe tout court!), il suffit d'utiliser un lubrifiant artificiel. Et l'anus étant très riche en terminaisons nerveuses, la sensation de plaisir est bien réelle. Il suffit d'y aller mollo !

2. La pénétration

Si l'on vous parle de préparation à la sodomie, c'est aussi pour vous éviter quelques désagréments type saignements et micro-coupures. Le muscle anal (le sphincter) est un muscle tonique en permanence ! Pas de vacances pour les braves... Une pénétration non préparée peut donc provoquer une contraction réflexe de défense du muscle et entraîner des lésions superficielles, certes, mais lésions quand même… Si vous voulez éviter que votre joli derrière sorte les crocs, il vaut donc mieux être préparée !

3. Les bactéries

Bon, l'anus c'est aussi la région lointaine et sombre où stagnent des matières fécales, on va pas se le cacher ! L'humidité de cette zone encourage donc le développement et la prolifération des bactéries et favorise les infections ou autre mauvaise cicatrisation de potentielles lésions. Et c'est aussi pour ça qu'il est important de sortir couverts ! Une toilette intime avant le passage à l'acte est aussi plutôt judicieuse pour limiter les microbes qui souhaiteraient visiter les locaux…

4. Les MST

Du fait du grand nombre de terminaisons nerveuses, la muqueuse rectale est particulièrement réceptive aux virus et bactéries. Le risque de transmission de MST est donc très présent ! Aussi vrai que quand on ne sait pas nager, on ne se jette pas à l'eau sans brassard, on ne pratique pas la sodomie à découvert ! Le préservatif est donc ultra important.

5. Les hémorroïdes

Ouais alors ça fait pas rêver mais on doit quand même vous le dire : la sodomie peut provoquer des hémorroïdes ! Du fait de la pression engendrée par la pénétration, les veines de cette zone souvent engorgées finissent par se dilater. Place est faite aux hémorroïdes ! Vous voilà prévenues.

6. L'incontinence anale

Sur du plus long terme, les dangers de la sodomie peuvent se faire plus sérieux. En plus des risques élevés de MST et autres infections, l'incontinence anale est aussi à ne pas négliger. Une pénétration trop violente ou l'utilisation d'un objet trop volumineux risque d'être dramatique pour le tonus de votre sphincter ! Alors, pour éviter l'incontinence anale, on reste modéré dans son élan !

 

Crédit photo / Pinterest