ATTENTION ! CE BAISER-LA va CHANGER toute VOTRE VIE ! #LeMomentDeLaMort

Dans la vie, il y a des moments où l'on est face à des dilemmes HAUTEMENT importants !

Ce genre de décision qui peut tout changer dans notre vie, du genre de celle qui va déterminer si l'on finira bouffée par ses chats, ou pas.

Alors il vaudrait mieux ne pas se planter quand elle se présentera !

1. L'accompagnement

Un des moments charnière de notre vie : quand on est au restau avec son rencard et que le serveur OSE nous demander, si on veut des frites ou de la salade pour accompagner notre croque-monsieur-bacon-trois-fromages… On est alors un peu seule au monde, parce que le Zozo, il attend qu'on réponde pour continuer l'histoire qu'il était en train de raconter, donc pas le choix, faut se lancer…

Bon, évidemment qu'on a envie de crier FRIIITES mais on se dit que quand même, on est en plein rencard et que ça la fout mal. Mais en fait on se rend compte qu'on s'en tamponne, que si ce mec est SI génial que ça, il sera content qu'on ait choisi frites, pour pouvoir nous en piquer. Et c'est LA décision qui nous fera nous rendre compte de quel type de Zozo on a affaire ! Donc : FRITES ! Et ketchup. 

 

2. La culotte

On parle de ce genre de matins où l'on n'a pas envie de faire d'efforts pour s'habiller, parce qu'on s'est levée du mauvais pied et que c'est comme ça. Et qu'on se plante devant son armoire avec un dilemme de taille : culotte trouée ou culotte des beaux jours ? Parce qu'on a tendance à vouloir la culotte trouée, dont l'élastique est pété et dans laquelle on est plus-qu'a-l'aise (tu m 'étonnes!). Mais on entend encore la voix de notre Mamounette qui résonne dans notre caboche qui nous disait que « imagine, tu fais un malaise, les pompiers arrivent et doivent découper ton pantalon, si tu as une culotte Mickey, c'est foutu ».

Donc on se rabat sur la culotte des grands jours, celle qui envoie des paillettes aux yeux, celle qui nous fait nous sentir belle, puissante, invincible. Et puis, au pire, s'il n'y a pas de pompier canon qui nous découpe notre froc, on passera au moins une journée à se sentir bien dans notre culotte. Et rien que pour ça, c'est déjà cool.

 

3. Le shampoing

Il y a des jours où, flemme oblige, on se dit qu'on se lavera les cheveux « plus tard ». Mais le plus tard, parfois, il se transforme en « dans 4 jours ». Alors, les premiers jours, ça passe encore : un bun perché sur la caboche et c'est dans le sac ! Sauf qu'au bout d'un moment, la situation devient critique et arrive LE matin où on SAIT qu'on n'a plus le choix… Et on se pose pourtant encore la question ! « Oui, mais ça pourra attendre ce soir, non ?! ».

Alors on essaye de s'éclaircir les idées : si on ne le fait pas, on gagne du temps pour boire notre café. Mais on aura une tête de lama prépubère toute la journée. Alors, comme on pense à la dernière fois qu'on avait tenté les cheveux sales en se disant que « mais si, ça passe pour aujourd'hui encore » alors que ça ne passait pas DU TOUT, on file sous la douche !

 

4. Le rencard improvisé

L'un des plus difficiles dilemmes à gérer est celui de l'inconnu du métro qui nous demande notre numéro pour aller boire un verre. Parce que quand ce beau mec nous arrête en pleine rue pour nous dire qu'il aimerait nous revoir dans d'autres circonstances, on n'a pas des plombes devant nous pour se décider. Et ça ne fait qu'un tour dans notre tête : on peut accepter cette proposition, au risque que le bellâtre ne soit en fait qu'un psychopathe qui veut nous découper en morceaux, ou on peut refuser, rater l'homme de notre vie et rester seule et triste le restant de nos jours.

Bon, alors on se dit qu'on a rien à perdre et qu'on a plutôt tout à y gagner : ça colle, c'est cool, ça ne colle pas, tant pis ! Et que, si c'est vraiment un tueur en série et qu'il vous nous dézinguer, eh bien c'est simplement pas de bol et on ne pourra pas échapper à notre destin. Alors autant y aller et profiter. Et puis de toute façon, les mecs qui accostent dans la rue, on se demande si ce n'est pas qu'un mythe, finalement…

 

5. L'épilation

L'épilation, c'est un peu un dilemme permanent : épile ? Épile pas ? Pffff de toute façon, j'ai pas de mec alors si je veux laisser mes jambes et mon maillot en jachère pendant 6 mois, c'est mon problème, non ?! Alors quand on se retrouve face à cette grande question « est-ce que je m'épile aujourd'hui ou est-ce que ça peut encore attendre demain ? », on a plus de « contre » que de « pour ». Sauf qu'on est à deux doigts de se faire des tresses aux poils de jambes et une queue de cheval au maillot. Donc on SAIT que c'est critique.

Et puis on repense à la dernière fois où on avait repoussé la tonte et où on s'était taulé du trottoir en se tordant la cheville. Résultat : on avait du filer aux urgences, on était ÉVIDEMMENT tombé sur le médecin le plus canon du département ET il nous avait pris pour un homme parce qu'il avait regardé notre jambe avant notre trogne et qu'il y avait confusion sur la marchandise. Plus. Jamais.

 

En fait, quand on est lancée sur l'option « dégueu », il vaut mieux mettre l'AUTRE en pratique !

 

AP

Crédit Photo / Pinterest