Votre VAGIN a-t-il BESOIN d’une PSYCHOTHERAPIE #FounetteMalade

Sait-on vraiment ce que notre vagin pense ? Non mais sans déconner… Il a sa petite indépendance Vagino (il nous l’a suffisamment montré quand il a développé cette mycose alors qu’on devait conclure avec Johnny…)

Alors on n’a pas peur, on lui poser les bonnes questions et on le soigne comme un petit être sensible à la psychologie fragile.

Vagino Del Toro, ce petit névrosé…

1. A-t-il bonne mine ?

Bon, on le sait, on nous le rabâche : la peau est un peu le miroir de l’âme (ou nan c’est les cheveux ? bref.) et bah le p’tit coco, il a quelle mine ?

La mine bien rouge, bien hydratée et équilibrée ? Ah non ? Il a des petites rougeurs, des tiraillements ? Ah… Il a sans doute besoin de se recentrer, d’adopter une meilleure hygiène de vie, de bien manger et de faire une petite cure de probiotiques.

2. Est-il enjoué ?

La queue qui frétille ? Toujours prêt à faire la fête ? Oh le coquin, il a la patate dites donc ! C’est bien ! Attention tout de même, il ne faut pas qu’il se détruise via un excès de fiesta…

En revanche s’il rechigne à tout, s’il fait la fine bouche et qu’il n’est jamais disposé… Il a un petit coup de mou le coco. Prenez soin de lui, rassurez-le, caressez-le, il va retrouver confiance en lui et repartir sur les chapeaux de roue !

3. A-t-il de l’appétit ?

Est-il plutôt du genre affamé ou a-t-il perdu tout appétit ? Boulimique n’est pas la solution mais s’il refuse de s’alimenter, il faut se pencher sur son cas.

L’appétit vient en mangeant, alors, tentez l’érotisme ! Si c’est mort de mort, emmenez-le chez une psynéco (oui une gynéco qui l’écoutera quoi).

4. Comment gère-t-il les périodes de stress ?

Moment de rush, déboires, fatigue, stress… Il tient la route ou se met dans tous ses états et nous fait de la mycose à tout va ?

Dans le premier cas, il est plutôt solide et sait lutter. Dans le second, il a besoin d’être chouchouté en amont. Si dès la première intrusion il se carapate et nous fait une cystite, c’est qu’il est chafouin.

Faites-lui manger de l’huile d’amande douce, et avaler (vous) des probiotiques spéciale foufoune, pour lui rétablir sa flore capricieuse.

5. Souffre-t-il de la solitude ?

Lorsqu’on est seule et épanouie, c’est bingo ! Si en revanche, Vagino Del Toro ne supporte pas d’être quelque mois tout seul, s’il ne peut pas se débrouiller comme un grand (et avec l’aide de vos mains) et qu’il cherche sans cesse la compagnie… Ça sent le roussi.

Il faut lui apprendre qu’être seul n’est pas un drame, qu’on se débrouille très bien en solo et qu’on appréciera davantage le vrai compagnon qui a la classe plutôt que le premier venu lui rendre visite !

 

Allez, courage Vagino !

 

Crédit Photo / Pinterest