Au LIT, les HOMMES DÉTESTENT CA ! (enfin ceux à qui on a demandé!)

Parce qu'on a un peu tendance à penser que les hommes aiment tout ce qui touche de près ou de loin au sexe, il est grand temps de rétablir la vérité.

Non, les hommes n'aiment pas TOUT au lit.

Et on vous dit même ce qu'ils détestent !  

1. Trop d'initiatives

On a beau dire, mais ces messieurs ne sont pas ultra fans de la prise d'initiative ! Enfin, pas toutes. Évidemment, on ne pourra pas leur enlever leur amour pour le plus-toujours-plus. Mais il y a UN plus – et un seul – qui ne passe pas à tous les coups (sans jeu de mot) : c'est LE sujet tabou par excellence, celui dont on ne prononce pas le nom…

Et c'est la fameuse olive, le massage de la prostate, le doigt… Appelez-le comme vous voudrez, mais ce simple petit geste peut vous valoir des jours, des semaines, des MOIS de choc et de colère. Ah bah oui, dès qu'on touche à l'ego de Zozo, ça passe pas. Et on a beau lui dire que c'est pour son bien, rien à faire…

2. Parler

Le coup des mots salaces susurrés à l'oreille et avec la tape sur la fesse qui va bien, on oublie : c'est un mythe ! Au lit, les hommes n'aiment pas parler, TOUT COURT ! Et on peut comprendre que, quand vous demandez des nouvelles de sa mère en plein milieu d'une partie de jambe en l'air, ça a de quoi faire retomber la mayonnaise…

Et ça vaut aussi pour l'après : la séance de débrief sur l'oreiller, où vous lui demandez à quel point il vous aime, s'il a déjà connu des filles mieux que vous et s'il se voit vous épouser, un jour… C'est une angoisse innommable pour lui ! Alors on économise ses mots, quitte à lui sauter dessus le lendemain au petit déj' !

3. Le manque d'enthousiasme

Par contre, s'il y a une légende qui se vérifie, c'est bien celle des décibels… Parce que c'est quand même bien connu que les Zozos, ils aiment la compète, le challenge, la performance ! Autant dire que le laisser avec l'impression qu'il ne nous a pas fait grimper aux rideaux, et c'est l'échec de sa vie.

Alors, même si on ne prend pas un pied intergalactique, on monte un peu le volume. Inutile de s'époumoner, mais on fait quand même en sorte de crier un peu, parce que le calme plat, lui, il déteste ça !

4. Que l'on se trompe de prénom

Bon, rien d'anormal en fait… L'appeler Jean en plein câlin alors qu'il s'appelle Anthony, bonjour la boulette !

Même si l' « erreur est humaine », comme vous n'avez cessé de lui répéter quand vous avez merdé, là, pour le coup, on peut peut-être comprendre que ça passe assez mal ! D'où l'intérêt de ne pas parler, en fait…  

 

AP

Crédit Photo / Pinterest