REPAS DE NOËL : les phrases IMPARABLES pour y SURVIVRE

Ca y est, c’est parti, vous ne pourrez pas y manquer… Le repas de Noël en famille arrive à grand pas. Angoisse, appréhension et boule au ventre... Pourvu que mémé ne ressorte pas sa vieille rengaine sur le mariage et que tonton Jacky ne vous dise pas encore que vous avez oublié de pousser des nichons… »

Pas de soucis, on est là pour vous épauler dans ces longs et durs moments.

 

 

1. Le lancer de foie gras

Alors que tatie Josiane vous attaque sur votre recherche d’emploi, embrochez une tranche charnue de foie gras afin de lui jeter ardemment dans son assiette. Goulue, elle oubliera l’attaque acide et vous demandera de lui envoyer la confiture à l’oignon.

2. L’esquive alcoolique

Lorsque votre grand-mère vous sort son éternel : « Et quand est-ce que tu nous ramènes un Jules ? » Attrapez le regard de votre papy et dites-lui que son petit Bordeaux est vraiment fameux ! Ravi, il vous racontera pour la septième fois la promo de Mammouth (oui, il n’est pas passé à Carrouf’) sur un Médoc de 2006.

 

 

3. La cousine coincée

Alors qu’on tente de vous embêter sur votre mode de vie trop « artistique », « atypique » et si peu « normé », demandez avec un grand sourire si votre cousine Amandine a terminé ses études de la faune du Jura. Vous lancerez ainsi le débat « écologie et politique » qui vous permettra de siroter votre bon Bordeaux pénarde.

4. Le moment cadeaux

Alors qu’on tente de vous demander où en est votre avenir professionnel, servez-vous des enfants pour vous sortir de la situation et dites bien fort : « Et si le père Noël était passé ?! » : Euphorie et hurlement masqueront toute conversation possible.

[SAUT_PAGE]




5. Le débarrassage

Un moment gênant ? Un ras-le-bol total ? C’est le moment d’aider à débarrasser la table !  Ni une, ni deux, vous emportez assiettes et couverts aussi vite que Jacky le relou vous a reluqué le décolleté ! Et dix minutes de passées hors des querelles familiales !

6. L’allié

Trouvez un allié à votre table. Frère, cousin ou tonton fou, il vous faut un acolyte pour faire front à toute attaque de deuxième service de bûche : NON, cette année vous n‘exploserez pas ! Grâce à un fin passage de plat et à une discussion pseudo absorbée, vous pouvez passer à côté de la bûche sans que personne ne s’en aperçoive.

 

 

Crédit Photo : Pinterest