Les histoires d'amour impossibles et compliquées

La vie nous réserve parfois de drôles de surprises...

En EXCLU, pour vous, Mesdames,  Les histoires d'amour impossibles.

Sophie vous raconte la sienne…

 

 

 

«  Bon, je m’étais promis de ne pas trop en parler et puis… le film : ‘un moment d’égarement’ avec Vincent Cassel et Cluzet est sorti mercredi dernier ! Ça a tout décomplexé chez moi, je fais partie de ces gens qui pensent que l’amour n’a pas de limite, pas d’âge, pas de frontière… c’est mon côté romantique, fleur bleue, qui ressort ! En réalité je ne suis pas du tout comme ça dans la ‘vraie vie’. J’suis plutôt le genre de fille directe, qui te dit ce qu’elle pense, à la fois espiègle et sauvage…

Bref, mon histoire d’amour et impossible concerne un homme de 48 ans – oui, je sais, c’est aussi commun que bizarre… du moins, c’est mon opinion. Tout a commencé lors d’un rendez-vous chez mon psy – je ne suis pas névrosée, j’avais et j’ai toujours quelques questions existentielles sur le complexe d’œdipe, dû à mon père qui a quitté le nid dès mon plus jeune âge et m’a laissé un lot de questionnement sur la gente masculine indénombrable. Pour revenir à la première séance : un feeling inné, presque incroyable… et puis, au fur et à mesure des consultations je sens un truc, vous savez ce quelque chose d’indescriptible, ni oralement ni sur papier, un truc qui te laisse con quoi… bref, une impression palpable dans l’air : vous l’aurez bien compris je crois : j’étais raide dingue de mon psy.

Il me faisait un effet de folie, sérieusement, je ne comprenais pas moi-même, le phénomène qui était en train de se produire, de se dérouler sous mes yeux…

Là où je veux en venir, c’est que mon histoire d’amour est devenue aussi passionnelle que partagée, (ouf heureusement…). Éric est devenu fout amoureux, certes au début, sceptique, mais amoureux et nous avons vécu quelque chose d’intense, de fort, vraiment.

Cette relation s’est petit à petit transformée en feu… un début assez bon, mais qui finit par vous bruler à la fin… on s’est vite rendu compte que la différence d’âge qu’on le voulait ou non, avait des conséquences sur notre quotidien – moi qui débute ma deuxième année de vie professionnelle dans la communication et lui qui exerce depuis plus de 18ans… Nous étions en décalage, pas forcément cérébral, juste décalage horaire, nos habitudes de vie était différentes : la passion à commencé à s’éteindre…

Pourtant nous luttions, nous étions tellement amoureux (oui, je fais la distinction entre la passion et l’amour – qui sont deux choses bien distinctes…). On voulait que ça marche – Le problème ? Son métier. Je m’étais tellement livrée à lui, en tant que patiente, il connaissait tout, chaque recoin de mon âme, de ma personnalité et j’ai commencé à me lasser – lassée de ne plus le surprendre, lassée de paraître pour un vieux couple – Oui, comme quand l’autre arrive à terminer chaque fins de vos propres phrases... Cette histoire, me plaisait, au début, pour sa folie, pour l’adrénaline qu’elle m’apportait… Pas pour le côté plan-plan et posé qui se cachait derrière…

Nous avons mis fin à ceci, il y a maintenant quelques mois, pour différence de besoins mais absolument pas pour incompatibilité de caractère. J’aime encore beaucoup Éric et je lui souhaite tout le bonheur du monde.

Sachez juste, que nous n’avons pas fait de mal aux autres, il n’y a pas eu de femme bafouée, trompée ou d’homme marié et autres trucs farfelus de ce style…C’est juste que les goûts et couleurs : ça se discute… »
 

Celine N.

Crédit photos : google