Cette étude démontre que manger ses ongles est une preuve d'intelligence

Vous faites partie de ces personnes qui ne peuvent pas s’empêcher de grignoter leurs ongles et de martyriser les bouts de peau qui dépassent de leurs doigts. Eh bien, figurez-vous que, d’après une étude faite à l’Université de  Montréal, cette sale manie est en réalité une preuve d’intelligence… On vous explique pourquoi. 

 

 

 

 

 

1. Quand se ronger les ongles vire à l'habitude compulsive

Cette étude publiée récemment dans « The journal of behavior therapy and experimental psychiatry » a été réalisée par l’équipe du Docteur Kieron O’Connor, professeur en psychiatrie.

Chez certaines personnes, se ronger les ongles devient une habitude compulsive.. au point d'en arriver à perturber le quotidien. C’est alors à ce moment-là qu’il faut prendre en compte l'éventualité d'un traitement comportemental. Il consiste à chercher quelque chose sur lequel se défouler - plutôt que sur ses doigts. Se ronger les ongles est en effet une véritable preuve de perfectionnisme puisque vous ne pouvez pas vous empêcher d’être en action. L’arrêt de production vous met alors sous tension et vous commencez à manger vos peaux et vos ongles. Il ne s’agit en aucun cas de traiter directement le fait de se ronger les ongles mais plus de trouver quelque chose qui puisse le remplacer et vous détendre. 

2. Et quand on se ronge les ongles juste de façon occasionnelle ?

Si vous êtes une mangeuse d’ongles occasionnelle, pas de panique, cela vous permettrait juste d’évacuer toute l'énergie que vous n’avez pas utilisée de façon constructive dans la journée. Le Dr Kieron a dit à nos confrères de l’Huffington Post américain que  « les effets positifs de ces habitudes sont une stimulation et une manière (inadaptée) de réguler son émotion ». Résultat : cela «  déclenche cette habitude,qui traduit de façon générale la frustration et l'impatience, elle se substitue à une action plus constructive ».

 

Crédit Photo : Pinterest