Apprendre à ne plus procrastiner en 7 astuces

Eh oui : on connaît toutes ce phénomène qui consiste à repousser et à repousser autant que possible l’accomplissement de certaines tâches que l’on a vraiment aucune envie de faire. Il peut s’agir d’un mémoire universitaire à rédiger, d’un projet super important à soumettre au patron etc etc. Vous savez que vous n’y couperez pas et cela ne fait que vous saper encore plus le moral.
Courage ! Vous en viendrez à bout. Et si vous ne voyez vraiment pas par où commencer, jetez un œil à nos astuces pour cesser de procrastiner.

Faire un planning


Que vous l’appeliez “planning” ou “to do list”, peu importe. L’objectif reste celui d’écrire sur le papier la liste des tâches que vous devrez mener à terme pour atteindre votre objectif.


Pourquoi ? Ce bout de papier, vous devez le considérer comme votre feuille de route. Quand vous aurez le sentiment d’être écrasée par la masse de choses que vous devez faire (et quand vous commencerez donc à craindre d’oublier de faire un truc important), il suffira de jeter un coup d’œil à la to do list pour reprendre le contrôle de la situation.


Commencer la journée en s’adonnant à la tâche


Vous n’êtes pas motivée, mais alors pas du tout motivée pour rédiger ce mémoire, faire ce dossier de statistiques ou toute autre chose que vous procrastinez. On vous révèle un secret : plus la journée va avancer, moins vous aurez envie de vous y mettre... Le mieux est donc de commencer dès le matin, après le petit dej.


Pourquoi ? Le matin est le moment de la journée où on est le plus reposé. Après une bonne nuit de sommeil, votre cerveau est pour ainsi dire « lavé » de toutes les choses qui vous occupent l’esprit ou vous inquiètent : ce n’est qu’au cours de la journée que ces pensées redeviennent très présentes. Profitez donc du matin pour accomplir la tâche que vous procrastinez.


Cacher ses objectifs


Le but n’est pas de vous rendre de grosses timides qui cachent ce qu’elles ont l’attention d’accomplir par peur de l’échec. Que nenni ! Au contraire, mesdames, cette astuce vise à créer une mini frustration en vous pour mieux vous motiver : si vous vous interdisez de dire à vos proches ce que vous voulez faire, vous aurez hâte de pouvoir rapidement leur montrer le projet accompli (impatientes comme vous êtes de montrer tout votre talent). Par exemple, vous avez décidé d'écrire un livre ? Ne révélez pas l'intrigue tant que vous n'aurez pas terminé de le rédiger ! Vous redoublerez ainsi d’efforts pour atteindre plus rapidement votre objectif.


Pourquoi ? En gros, il s’agit de remplacer la parole par les actes. Désormais vous ne "direz" plus verbalement ce que vous avez l'attention d'accomplir…. Vous allez tout simplement le faire !


Diviser la tâche à accomplir en plusieurs mini-tâches


C’est ce que disait même Descartes dans son Discours de la Méthode : pour mieux venir à bout de la difficulté, on peut la subdiviser. Ainsi vous n’aurez plus l’impression d’avoir une tâche énorme et super longue à accomplir mais plusieurs petites choses à faire.


Pourquoi ? Le cerveau humain panique quand il voit qu’il doit s'occuper d'une tâche sur la longue durée : mieux vaut donc le rassurer en lui donnant l’illusion qu’il ne s’agit que d’une somme de petites étapes à réaliser. Par exemple, ne voyez pas votre mémoire de master comme une corvée monolithique de 100 pages… n’oubliez pas que ce devoir est composé de pages singulières. Réjouissez-vous dès que vous en terminez une !


Travailler avec un binôme


Parfois, on rechigne à accomplir une tâche car on sait qu’on va devoir l’effectuer seule et que cela va aussi signifier une diminution des sorties pendant un petit moment. La solution consiste alors à demander de l’aide à quelqu’un : vous pouvez demander à une amie de venir avec vous prendre des notes en bibliothèque, par exemple.


Pourquoi ? Déjà le fait d’avoir quelqu’un avec qui travailler va vous permettre de rendre le travail plus agréable : vous pourrez aller boire un café ensemble de temps en temps et, surtout, vous partager le travail : l’union, c’est la force ! De plus, cette 2ème personne sera très précieuse le jour où vous serez découragée : cet ami pour vous remettre un peu de baume dans le cœur.


S’amuser


Pas toujours facile quand on n’a vraiment pas envie de faire quelque chose… Pourtant, essayer de trouver du plaisir dans cette corvée que vous êtes obligées de faire, est la meilleure façon pour l'achever avec succès. Aucune motivation pour vous mettre à apprendre votre liste de formules mathématiques dans votre chambre ? Allez dans un café alors !


Pourquoi ? Le fait de travailler dans un environnement qui vous plaît, va vous aider à vous détendre et à vous donner plus envie de terminer le travail. N’oubliez pas aussi de vous concéder une petite récompense à chaque fois que vous atteignez un but : pourquoi ne pas manger un bon carré de chocolat quand vous avez terminé une partie de mémoire à rédiger ?


Se concéder des pauses et ne pas trop demander à soi-même


Si on procrastine, c’est souvent car on est trop perfectionniste : on veut tellement que tout soit impeccable qu’on passe des heures à tout fignoler. Pire encore : on n’hésite pas à se décourager et à se traiter de tous les noms si un jour on n’a pas été particulièrement productive. Erreur ! On a toutes des jours où on est moins efficace : c’est pas grave. Reposez-vous comme il se doit pour repartir le lendemain avec plein d’énergie.


Pourquoi ? On ne peut pas toujours être à 100% : s’accorder des pauses et des moments de répit est la clé pour continuer d’aimer ce que qu’on fait… et pour repartir avec plein d’énergie.

Elena S.

Crédit photo : pinterest