Ces BOISSONS DOUDOU qui me remettent du baume au coeur !

Parfois, enfin souvent en ce moment avec la pluie qui n’en finit plus de saloper mes boots en daim, j’ai juste besoin de me caler dans mon canapé sous un plaid tout doux et de siroter une boisson miracle qui me requinque le moral en trois gorgées.

Mais attention : à chaque occasion particulière, son breuvage dédié !

1. Après le départ de Gus’

Après le départ de tous les Gus’ de ma vie en fait, une fois épuisé mon stock d’insultes bien senties à leur égard, j’éprouve toujours un besoin irrépressible de faire le plein de citron vert, feuilles de menthe, rhum, eau gazeuse et sucre de canne, avant de convoquer Juju et Marion : mojito partyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy !

2. Après une soirée un peu trop arrosée

Forcément, la mojito party a souvent tendance à aller un peu trop loin, mais le lendemain, je n’ai aucun regret parce que j’ai ma petite botte secrète : le kombucha !

Une boisson fermentée qui vient trèèèèèèès vite à bout de ma gigantesque barre au front et du mal-être de mon estomac qui hésite entre manger un burger dégoulinant de fromage et aller gerber toutes les 2 minutes.

3. Quand ma gorge est en feu

Quand j’ai l’impression qu’un petit lutin a élu domicile dans ma trachée, et entretient un feu d’enfer parce que ça doit être l’hiver là-dedans, c’est le moment de dégainer la redoutable tisane de mamie Jacqueline : un bon paquet de thym séché infusé dans de l’eau chaude pendant une dizaine de minutes, avant d’y ajouter un trait de citron, du miel et une lichette de rhum ambré (parce que mamie l’a dit : ça tue le microbe !).

4. Quand mes paupières sont lourdes, très lourdes

Pour les matins où il faudrait une grue pour me sortir du lit, la seule chose qui peut me sauver la mise, c’est un espresso très, très serré. Et comme le meilleur du coin se trouve quand même dans le petit café au coin de ma rue, c’est une grosse motivation pour me lever.

5. Après un déluge apocalyptique

Cette averse diluvienne qui s’abat sur ma tronche pile-poil quand je descends du bus, et ne s’arrête qu’au moment où j’atteins mon porche d’entrée, me donne un seul et unique but en rentrant (une fois débarrassée de la serpillière qui me tient lieu de vêtements) : me préparer un énorme chocolat fumant : du lait, un bon bâton de chocolat noir, une pincée de cannelle, et un nuage de crème sur le tout…

6. Quand j’ai l’impression d’être brusquement enceinte de 6 mois

Non, je n’ai pas fait un déni de grossesse, j’ai juste un peu forcé sur les sushis à volonté ce midi… Là, il n’y a qu’un seul ingrédient qui peut me faire tenir tout l’aprem sans être prise en flagrant délit de sieste prolongée au bureau : la menthe ! 

 

Aurélie Poumailloux

Crédit photo : Pinterest