5 TESTS pour voir si le CARRÉ me va !

La coupe carrée, c'est un peu mon rêve depuis que je suis petite. Enfin, surtout depuis que je vois des nanas canons avec des carré flous à souhait et aux tignasses ultra texturisées.

Alors c'est décidé, je VEUX un carréééééé !

Mais bon, avec ma crinière un peu rebelle, je vais d'abord tenter de comprendre si c'est vraiment bon pour moi. 

 

1. La souplesse

Juste histoire de savoir si je vais plutôt être dans la team « Jessica-Alba-carré-glamour » ou simplement une bonne vieille coupe de poney. Il vaut quand même mieux cerner son cheveu : parce qu'il y a deux écoles, celle de la souplesse et celle de la rebiquette. Et l'école de la rebiquette, elle ne se prête pas hyper bien au carré comme on l'entend, quoi. Alors j'ai décidé d'arrêter de me voiler la face : est-ce que j'ai VRAIMENT la crinière souple pour un carré flou maîtrisé ou est-ce que j'ai honnêtement la tignasse complètement foutraque, à la tête de folle qui sort du lit à n'importe quelle heure !?

 

2. Le chouchou

J'ai une sacrée passion pour les chouchous, je dois l'avouer. Pas le chouchou en lui-même, hein, simplement le fait de me faire un groooos chignon sur le haut de mon crâne. Parce que c'est pratique, que c'est fun et que ça prend environ trois secondes et demie. Alors j'ai réfléchi au carré : est-ce que je suis prête à sacrifier mon gigantesque amas de cheveux sur la caboche ou pas ? Dilemme.

3. La longueur

Avant de passer au carré, j'essaye de comprendre ma forme de visage. Non pas que je sois difforme, mais entre les yeux creusés, les joues rebondies et le front plus grand que nature, honnêtement un carré ça ne s'improvise pas (oui, comme ça j'ai l'air de faire peur, mais on a tous nos petits défauts, hein) ! Alors je me concentre sur la longueur de carré qui m'ira le mieux. Parce que le but n'est évidemment PAS de ressembler à une petite fille de cinq ans NI à Willy Wonka, bien qu'on adore Johnny !

 

4. La discipline

Bon, un carré, ça se travaille. Impossible de sortir la tignasse à l'air sans y passer un minimum de temps, ne serait-ce que pour dompter cette mèche qui se fait la malle ou ce volume asymétrique. Un carré, c'est un peu comme de l'art. Oui, de l'ART ! Alors j'évalue la capacité de ma crinière à rester disciplinée et à ne pas partir dans tous les sens. Histoire de ne pas finir avec une tête en triangle. Et j'en profite aussi pour évaluer ma discipline à moi : est-ce que je suis capable – sur le long terme, je pèse mes mots – de gérer une coiffure. Un carré, c'est trop précieux pour être lâché en solo !

 

5. Le profil

Que celle qui n'a jamais essayé d'étudier son profil pour tenter une nouvelle coupe me jette le premier démêlant ! Parce que oui, le profil c'est HYPER important. Pour tous ceux qui vont croiser ma route, à mes côtés (littéralement, hein) : mes voisins de train, de voiture, de bureau, BREF tous ceux qui vont croiser mon profil. Et que si je ressemble à un portrait égyptien foireux, merci mais non merci. Alors j'essaye d'entrevoir la tête que j'aurai avec un carré : est-ce que je suis prête à assumer que l'accent soit mis sur mon visage et de ne plus avoir une longue crinière dégradée me tomber sur les épaules ? Telle est la question.

 

AP

Crédit Photo / Pinterest