Comment apprendre aux GENS à être POLIS ?!?

Sans dire que je suis la femme parfaite et la politesse incarnée, il faut bien souligner que j'ai été élevée correctement avec un minimum de savoir-vivre au programme.

Mais au fur et à mesure que je vieillis (oui, je vieillis, il me faut maintenant plus de deux jours pour me remettre d'une soirée un peu trop arrosée), je m'aperçois que je jour de la distribution de politesse, il y a un sacré paquet de connards qui étaient partis faire autre chose...

1. A la mémé du supermarché

Par un miracle coïncidental, elle fait TOUJOURS ses courses en même temps que moi. Je la croise au rayon yaourts et elle laisse la porte ouverte (alors qu'il ne faut jamais rompre la chaîne du froid, non mais OH). Je la croise au rayon bouteilles d'eau, elle fait tomber le pack que je visais par terre. Bref, elle est partout où je vais. Même à la caisse.

C'est là que je me fais un malin plaisir de lui rentrer dans le lard après qu'elle a essayé de passer devant moi en soupirant très fort et en lançant tout haut que les jeunes n'ont plus aucun respect et blablabla… Alors non seulement je refuse de la laisser passer, mais en plus je lui explique que sa retraite, je la paye en bossant, moi, alors que je n'ai pas le temps d'attendre que ses 14 kilos de courses soient passés pour perdre 2 heures de pause déj'. Le tout avec mon plus beau sourire sur le visage.

2. Au frotteur des transports

De tous les spécimens qui traînent dans les transports en commun, le frotteur est le pire. Vraiment le pire. Il traîne derrière moi, tellement collé à mon popotin que j'en suis à me demander ce qui peut bien avoir foiré dans sa vie pour qu'il n'ait aucune notion de pudeur et de décence humaine.

Dès que j'ai un peu de place pour m'en dégager, je me retourne comme une furie en lui écrasant les pieds façon bouillabaisse, pour lui demander tout haut quel est son problème. Non mais c'est vrai, à la fin, est-ce qu'il cherche quelque chose dans ma poche ? Est-ce qu'il veut un câlin ? Est-ce qu'il a été élevé par une tribu d'orang-outan dont le frottage est le seul moyen de communication ? Ou est-ce qu'il veut mon genou dans les parties intimes pour apprendre à mieux se tenir ?

3. Au râleur de la machine à café

C'est le mec qui traîne tout le temps devant la machine à café de mon open space, alors qu'il travaille deux étages en dessous, celui qui pique du sucre tout le temps, alors qu'il est déjà beaucoup trop mollasson du bourrelet, et qui vient toujours faire un petit tour quand il y a des croissants sur la table commune…

La dernière fois qu'il a ramené ses grosses fesses et sa tasse vide devant notre paquet de dosettes, j'ai vu rouge. J'ai commencé par lui lancer un bonjour retentissant, histoire qu'il comprenne que la politesse, ça commence là, hein. Ensuite, j'ai passé 10 minutes à me servir un café en l'ignorant ostensiblement. Et quand il est devenu trop insistant à remuer sous mon nez pour prendre ma place, je lui ai indiqué que les machines à café de la boîte sont au rez-de-chaussée, pour qu'il puisse aller se servir au bon endroit. Et arrêter de perdre son temps avec moi.

4. A la relou de l'ascenseur

Elle est montée en même temps que moi, en prenant soin de me donner un délicat coup d'épaule, pour bien me signifier qu'elle était là. Ce à quoi j'ai gentiment répliqué par une salutation polie et ultra forte juuuuste dans son oreille gauche. Après tout, elle n'avait qu'à pas me coller, la bougresse.

Au fur et à mesure des étages, je commençais à devenir sourde à cause de la musique qui transpirait de ses écouteurs mal mis, alors j'ai pris la liberté de me mettre à chanter, comme ça, juste pour le plaisir. Et quand elle a levé les yeux, agacée, retiré un écouteur pour me fusiller du regard, je lui ai dit « c'est chiant, hein, trop de bruit ? » avant de sortir de l'ascenseur en lui souhaitant la plus belle des journées…

 

Au moins comme ça, ces quatre-là, je suis certaine qu'ils ne récidiveront pas.

 

MDS

Crédit Photo : Pinterest