Pourquoi j'ai HÂTE d'avoir 40 ans

Non c’est vrai, j’ai pas spécialement peur de vieillir. Bon de vieillir beauuuuuucoup jusqu’au jour où on ne peut plus respirer correctement et se voir mourir à petit feu, ça oui ça j’ai peur mais franchement avant ça (et avant les poils sur le menton) j’ai plutôt hâte de voir ce que ça donne.

Genre d’avoir la quarantaine, ça me branche beaucoup.

1. La classe imposée

A quarante ans on a ces quelques rides qui veulent dire « Toi, tais-toi, tu me respectes petit con » mais en même temps « Oui mon joli j’ai la maturité de savoir exactement ce que je veux, y compris au lit. »

Ça donne une espèce de panache à toute épreuve tellement séduisant. Alors qu’à la trentaine on passe encore pour 20 ans quand on met des Stan Smith mais on a bien 70 ans quand on se prend une cuite.

2. Le style enfin trouvé

40 ans, c’est l’âge où l’on est soi. On a trouvé la bonne marque de jean, le bon style de veste, la bonne coupe de robe, les bons bijoux.

On est soi en mieux. On a fini de tester des associations de fringues chelou, des couleurs bizarres… Le style, l’allure sont enfin là.

3. L’homme trouvé

Pas qu’on soit forcément casée mais on sait quoi. On sait ce qu’on veut, on en a fini avec les loosers de bar, on s’est bien amusée, on peut se satisfaire pleinement d’être seule, posée chez soi avec un bon bouquin, sans avoir envie de courir les bars à la recherche du beau barbu en réalité trop con…

Non mais on l’a tous testé celui-là. A quarante ans on s’en fout, on sait faire attendre, on analyse plus… C’est beau, on est presque un peu devenue sa propre psy…

4. La peau calmée

L’arrivée des rides veut aussi dire le calme du sébum… Et ça c’est chouette de ne plus avoir à jongler entre crème hydratante, crème désenchante spéciale bouton de crise.

On a sa routine beauté, on l’a souvent allégée, on ne s’en soucie plus, on dépense dans ce qu’on a besoin et basta. Du coup on a aussi une salle de bain qui ressemble à une jolie pièce rangée et non plus à une maison de Polly Pocket que l’on aurait secouée.

5. Le boulot trouvé

En principe on a bien galéré côté job pendant ces trente premières années mais arrivés les 40 ans, on commence à avoir une petite idée du marché.

On sait ce que l’on veut et ce que l’on ne veut plus, on a rangé deux trois rêves inatteignables, on a la classe de dire « oui » ou « non » au bureau et on sait davantage se faire respecter.

6. L’appartement chic

Nan et puis à la quarantaine on a su se débarrasser des horreurs que l’on trainait depuis nos 18 ans (oui je te vois pinte en plastique de festival qui donne des aphtes) et on a compris qu’on ne pouvait pas surfer sur TOUTES les tendances pour avoir un appartement chic.

On a choisi deux trois couleurs, on s’est offert quelques jolis meubles de qualité, intemporels, on arrive à ne plus faire crever les plantes, on a assez de verres à pied pour tout le monde pour servir le vin et on ne tache plus notre tapis de pesto…

 

Et ça c’est la classe. J’ai totalement hâte de ne plus tâcher mon tapis de pesto.

 

LP.  

 

Crédit Photo / Pinterest