Les PIRES CADEAUX de NOEL et les meilleures têtes de circonstance

Je sais déjà que je vais avoir une tripotée de cadeaux pourris sortis de je ne sais quel cerveau en mal d’idées et pour être gentille et bien recevoir les mêmes daubes l’année suivante, il faut faire une bonne tête de circonstances.

Grâce aux goût douteux de ma famille (mais est-ce bien ma famille d’ailleurs ?) j’ai appris à avoir toujours le bon mot pour chaque cadeau.

Démo.

1. La râpe à fromage

OK c’est une belle râpe. Mais franchement ? Elle va juste râper du fromage, comme mon actuelle râpe qui le fait déjà très bien (ou le paquet de Parmesan pré-râpé…)

Alors dans ce cas, il faut tout de suite mettre l’objet en situation : « Oh une râpe, génial ! Moi qui adore le Parmesan, en plus comme on vient de refaire la cuisine, elle trônera sur le plan de travail ! Eeeeeh Doudou ?! regarde ça ? Regarde les bonnes pâtes qu’on va se faire avec ça ! »

2. L’ensemble écharpe-moufle-bonnet

QUI porte ça ? PERSONNE ne porte une écharpe assortie à ses moufles et à son bonnet ! Si, en CM2 peut-être et encore…

Alors pour ne pas hausser nos « sourcils de la mode », ceux qui se lèvent quand « vraiment, non là, on ne peut pas porter ça ! » j’ai travaillé une tête « RRrrrrrrr c’est douuuuuux ! » en enfouissant ma tête dans la laine (ah bah oui il faut ce qu’il faut pour qu’on y croit).

Et je fais toucher à tout le monde : « Touche vas-y touche comme c’est doux t’as vu ?!) et hop je file ranger le tout dans mon sac genre : « Je vais tout de suite m’en servir » mais en fait j’enfouis ça dans mon cabas pour ne surtout pas avoir à essayer la panoplie et à voir mon frère pouffer de rire dans son coin (lui qui aura reçu une pure bouteille de vin).

3. Le vase moche

Celui-là on met mille ans à le déballer car la personne nous crie « Attentiiiiioooon c’est fragiiiiiile ». Et puis voilà, la chose est déballée. Là il faut avoir l’esprit vif et ne pas confondre avec des coupelles à cacahuètes puis s’exclamer : « Wouaah » du fond de la gorge genre « Oh bah dis toi tu m’as gâtée, tu connais mes goûts. »

Et poser l’objet moche « en circonstance » sur une table basse. Avec un peu de chance, personne ne le remarquera et on pourra le laisser là…

4. Le collier « fantaisie »

On voit bien notre oncle choisir. Il y avait ce sublime sautoir minimaliste en argent et il a vu des perles de rocailles, des brillants, plein de couleurs alors il s’est dit : « Oh bah oui c’est quand même plus gai pour une jeune femme. »

Ratééééé.

Là, il faut faire un regard en coin en disant coquinement : « Merciii tonton ! » façon « Bah dis donc tu as craqué, un bijou wouah ! Tout le monde rêve d’un bijou à Noël ! »

L’essayer (là on ne peut pas y couper), le toucher, le palper et dire « C’est joooliii ! » Ensuite, servir le rôti et le laisser nonchalamment tremper dans la sauce pour pouvoir dire : « Oula, je vais l’enlever ! »

5. Le coffret pâtes de fruit

Non, franchement, on le voit depuis la nuit des temps, trôner au Carrouf’ à coté des fruits et légumes secs : le coffret figues, dattes et pâtes de fruits dans une petite cagette en bois…

Franchement un paquet de coton-tige m’aurait été plus utile. Alors non, là pas question de ramener cette daube dans les valises. On ouvre la bête pour en faire profiter tout le monde en disant : « Oh bah nan je ne vais pas manger ça toute seule, on partage ! »

Je rirai de voir mes cousins jaloux qui n’auront pas eu ce réflexe et verront le coffret explosé dans leur valise à leur retour !

 

C’est tout un art le cadeau moche !

 

LP.

 

Crédit Photo / Pinterest