Comment EVOLUER parmi des HYPOCRITES

Malheureusement, ça pullule. L’hypocrisie devient le mode de fonctionnement premier de pas mal de gens. Il faut slalomer entre les sourires faux et les compliments faits par intérêt…

J’ai donc essayé de surfer dans l’art de vivre du fake et du paraître pour tenter de sortir de tout ça avec de VRAIS amis, des collègues honnêtes et des relations saines.

Pas simple.

1. La collègue arriviste

Elle est hyyyyper sympa au début, on a l’impression que c’est notre best friend for ever, qu’on peut tout lui dire (même un peu trop) et qu’elle est vraiment exactement sur la même longueur d’onde que nous…

Sauf qu’à la première anicroche, à la première complexité, on sent qu’elle se durcit : la super copine devient petit démon capricieux et acerbe.

En trois semaines on apprend qu’elle a bavé sur le dos de la moitié de la boîte pour avoir ce qu’elle veut et continuer de briller. Celle-là, il faut la garder à distance à coup de mails ultra pro et de « non » fermes et polis.

2. Le sourire du démon

Pas forcément simple à décoder quand on est une personne pas trop démoniaque : le sourire hypocrite doit indiquer que « Mayday mayday, on ne peut pas se fier à cette personne ! »

Il est juste un peu trop long a un peu trop de dents et est pareil dans toutes les circonstances. Ça donne des « Peux-tu me sortir la créa numéro 2 ? [sourire du démon] genre vite vite vite ? [sourire du démon] »

Dans ce cas, répondre en souriant : « Ouuuuuuch, ça va être chaud chaud chaud… »

 [SAUT_PAGE] 

3. Le cadeau intéressé

Oh tiens je t’ai rapporté ça de Bruxelles, tu vas A-DO-RER ! Et puis quelques minutes plus tard recevoir un mail : « Tu peux me faire le tableau Excel, je suis suuuuper charrette là, comme j’étais à Bruxelles j’ai pas eu le temps »

Ah oui OK, donc non, ce n’était pas un cadeau mais un présent intéressé. Dans ce cas, déballez le cadeau devant tout le monde et laisser ces petits biscuits pourris à dispo de tous.

4. La phrase à décrypter

Dans ce beau monde hypocrite, il y a aussi les jolis mythos, bien enrobés dans du beau papier cadeau qui nous font douter de nous…

C’est ce petit mytho qui passe comme ça et vous retourne la cervelle : « Ah non c’était toi qui devais envoyer le mail rappelle-toi si si… »

Et bim, en toute bonne foi, on se dit « Merde j’ai oublié ça craint… » Avec ce genre de personnes, gardez les mails, demandez des confirmations et soyez impeccable. Ce sera alors beaucoup plus simple de conter le mytho.

 [SAUT_PAGE] 

5. La fausse amitié

Elle veut déjeuner avec vous ou boire un verre en semaine, elle parle beaucoup d’elle et tente d’obtenir des infos, des conseils ou des bons plans, mais à aucun moment, elle ne s’intéresse profondément…

C’est une amitié-mytho. Ce genre de contact est là pour le réseautage, là pour tenter de se placer ou d’être présentée aux bonnes personnes…

Ça paraît sympa au début (elle anime notre jeudi soir libre) mais au final, c’est assez minant.

Le truc ? Prendre ses distances et lui demander clairement ce qu’elle veut. Elle devra cracher le morceau.

 

LP. 

Crédit Poto / Pinterest