DISPUTE : comment faire pour qu’il ME COMPRENNE ?

Vous avez toujours la même dispute avec Charmant. Ça part de pas grand chose et puis ça monte dans les tours et vous voilà face à face comme deux bisons sous cocaïne.

Le problème ? Vous avez chacun vos affects et votre personnalité et ni l’un ni l’autre n’arrive à les comprendre.

Alors pour que les disputes soient constructives, on passe en mode analyse…

 

1. Voir venir la dispute

Il faut que vous repériez d’où vient la dispute. Est-ce à cause du même sujet (et dans ce cas il faut se poser et traiter ce problème en particulier) ou est-ce que la dispute part de tout et rien et finit sur les mêmes phrases qui font mal (et là, c’est l’attitude que vous avez l’un envers l’autre qu’il faut corriger) ?

Une fois les embrouilles décryptées, on peut passer au stades numéro deux…

2. Comprendre la dispute

Vous savez à présent de quoi part votre dispute. A présent il faut comprendre les mécanismes de cette bastonnade verbale. A quel moment lui ou vous devenez « fou » ?

Est-ce lorsque que vous prononcez une parole en particulier ou avez une attitude précise ? Comprenez ce qui le rend hargneux et pourquoi.

Il est probablement mal à l’aise avec ce que vous lui dites et ne sait comment s’en dépêtrer. Cela le pousse à bout, ruine sa confiance, son égo et il se met à montrer les crocs.

 

3. Se mettre à la place de l’autre

Pour éviter que cela parte en cacahuète à chaque fois, comprenez-le. Certes, le voir devenir tout rouge et franchement méchant n’aide pas à être sympa. Mais posez-vous, fuyez boire un verre tranquillement et tentez de comprendre pourquoi il devient ainsi.

S’il se met en rogne sur ce sujet et ne veut plus rien entendre, c’est qu’en lui, se déclenche un genre de mécanisme de survie : je n’entends pas, je ne fais pas, je cris, je tape du pied et l’information ne passera pas.

Demandez-vous pourquoi il a ce mécanisme de protection lorsque vous abordez tel ou tel sujet : est-il fautif ? Est-il blessé ? Culpabilise-t-il ?

Le fait de se mettre dans une rage folle lui permet de s’enfermer dans ce qu’il veut être : « Non je ne suis pas un gros salaud ! », « Tu ne me feras pas être ce que je ne suis pas ! »

4. Prendre son angle

Maintenant que vous connaissez le zozo, vous allez, non pas faire tout pour le mettre en rogne, mais aller « dans son sens ». Le comprendre, lui poser des questions, être de son côté…

Seulement ainsi, il sera disposé à vous écouter et à vous comprendre. Vous aurez mis un pied dans sa zone de survie !

 

5. Régler le problème par la douceur

Le tout n’est pas de lui donner raison, mais de lui faire passer vos idées par un biais efficace. Une fois le cadre posé, à vous d’expliquer calmement, toujours en le prenant à parti, ce qui vous gêne, vous chagrine, vous tracasse…

Lui demander régulièrement ce qu’il en pense, lui dire que vous comprenez son point de vue, réfléchir, laisser des blancs, le laisser réfléchir aussi, sont tant d’astuces qui vous permettront d’avancer et de ne plus vous heurter.

 

Allez petits bisons, il n’y a plus qu’à baisser un peu sa garde, et à se faire un gros câlin !

 

Crédit Photo / Pinterest