SEXE : et si on lui accordait son RITUEL BEAUTÉ ?

On vous voit venir d'ici : « rituel beauté pour un vagin ? Qu'est-ce qu'il faut pas inventer ! ».

Oui, sauf que cela vous éviterait quelques désagréments récurrents, type mycoses, démangeaisons, irritations et on en passe…

A vouloir être (trop) propres, on a tendance à abîmer notre flore vaginale plus qu'autre chose, et sans le savoir. Et c'est la porte ouverte à tous ces tue-l'amour que l'on ne connaît que trop bien !

Alors, on prend des notes pour un rituel beauté intime. Et c'est notre vagin qui nous dira merci.

 

1. On arrête de trop se laver

Eh oui, qui l'eût cru ! A trop vouloir être irréprochables, on se fait plus de mal que de bien. Pour éviter les mauvaises odeurs ou justement par crainte de développer une infection quelconque, on a tendance à vouloir se laver plusieurs fois cette zone. Or, c'est (presque) tout le contraire ! Sachez que notre vagin et vulve sont protégés par un fin tissu qui abrite la flore vaginale, composée de « bacilles » et qui veillent à l'équilibre du pH.

C'est cette flore qui joue un rôle antibiotique, antimycosique, anti-virale et même anti-inflammatoire en protégeant l'ensemble de nos parties intimes, du col de l'utérus jusqu'à l’extrémité de la vulve. Mais c'est aussi cette flore que l'on détériore avec des lavages trop réguliers (savon ou lingettes intimes). Cette zone s'autonettoie sans arrêt, et en pensant la décaper, vous ne faites que la salir. Alors, mollo sur la toilette intime !

 

 

2. On alterne l'épilation

On s'en doutait un peu, mais les poils ne sont pas là pour faire joli. Ils ont un rôle de protection, que ce soit pour les narines, les yeux ou même les oreilles. Pas de raison, donc qu'ils n'aient pas le même rôle pour notre vagin ! Les poils sont en effet une barrière très efficace contre les infections et autres agressions extérieures : il est important de les laisser faire leur boulot, au moins de temps en temps, si vous êtes une adepte de l'intégrale.

En plus de repousser les méchantes bactéries qui souhaiteraient visiter vos parties intimes, les poils vont avoir pour rôle de protéger le pubis des chocs et de la pression de vos vêtements trop serrés. On n'oublie donc pas de les laisser bosser de temps en temps, histoire de les laisser réguler notre flore, qui s'occupera de protéger tout ça !

 

 

3. On arrête de « prévenir plutôt que guérir »

Si ce n'est pas le cas de tout le monde, certaines ont tendance à abuser des ovules antimycosiques, dans le seul but d'éviter de développer une mycose ou autre désagrément ! Eh bien sachez que, si ces ovules sont très efficaces quand il y a une « vraie » mycose à éradiquer, ils ont quand même tendance à détruire, en plus des méchantes bactéries, la gentille flore vaginale. Et cette flore, elle n'a rien demandé !

Alors on garde les ovules antimycosiques pour un vrai traitement et, si on veut anticiper les éventuelles infections, avant d'aller à la piscine, par exemple, ou avant un départ en voyage pour « être tranquille », on mise sur les ovules vaginaux aux probiotiques, plus conseillées pour la prévention.

 

 

4. On fait la fête du slip

Tout comme l'alternance de l'épilation, il est quand même préférable d'alterner de type de sous-vêtements. Les strings, c'est pratique, c'est sexy… mais c'est pas hyper confort pour notre entrejambe ! Même si vous le vivez bien, sachez que votre flore est vachement moins emballée… Les frottements causés par le string sont une agression pour votre hygiène intime : cela irrite le film protecteur et favorise le dessèchement. Bonjour mycoses, brûlures et compagnie !

On réserve donc le string pour les « nécessités » occasionnelles (une robe moulante, un pantalon blanc…). Et on oublie aussi les protège-slip quotidiens, qui ont tendance à assécher les lèvres et le vagin, et en altèrent le pH.

 

 

5. On limite les produits « spécialisés »

Même s'ils sont dit « spécialisés », certains produits contribuent à la dégradation de la flore vaginale. Les gels douche « hygiène intime » sont donc à utiliser ponctuellement, en cas d'irritations ou de démangeaisons : ils rétabliront le pH et neutraliseront les bactéries qui dérangent. Quant aux lingettes, elles ont trop souvent un pH inapproprié pour notre flore vaginale !

On mise donc sur des savons doux, dont le pH n’altérera pas celui de notre vagin et qui, au contraire, se contentera d'en préserver l'équilibre.

 

 

6. On hydrate

Vous chouchoutez bien votre jolie caboche, pourquoi pas vos lèvres et votre vagin ? On n'hésite donc pas à hydrater notre entrejambe de l'extérieur, en plus de le préserver de l'intérieur ! Pour des vulves irritées, on applique des crèmes cicatrisantes type Bepanthen, qu'on n'hésite pas à appliquer pendant quelques semaines.

Pour celles qui ne jurent que par l'épilation intégrale, on passe au baume pour les « lèvres » : eh oui, parce qu'il n'y a pas que la bouche qui a le droit à son hydratation ! On choisit une crème nourrissante des plus simples, qu'on applique sur le périnée et les lèvres.

Et ce rituel beauté vous fera plus de bien que des décapages au savon !

 

AP

 

Crédit Photo / Pinterest