COMMENT prendre le MÉTRO sans MOURIR ?

Il faut l’avouer, certains matins sont plus durs que d’autres… surtout quand après avoir vainement tenté de se faire une mine présentable, on se retrouve coincée dans une rame bondée pire qu’une boîte de sardines, nez à fesse contre des individus à l’hygiène parfois douteuse…

Donc, en usagère experte des transports, on a développé des tactiques imparables pour s’en sortir vivante et sans trop de dommages.

A vos carnets de notes !

 

1. Cesser de respirer

Comme ces plongeurs en apnée qui peuvent tenir de longues minutes sans apporter d’oxygène à leur organisme, il est ultra important de développer sa capacité pulmonaire avant de plonger dans les entrailles des transports en commun. Pour un entraînement intensif, mater « Le Grand Bleu » tous les soirs et s’imaginer qu’on est en plongée dans un océan avec des créatures marines fascinantes (et non une marée humaine puante).

2. Tomber enceinte

Oui, c’est une solution radicale, mais normalement une fois que votre bidon commence à se voir (en accentuant visuellement l’effet avec un bandeau de grossesse), vous avez l’assurance de pouvoir obtenir le Graal, à savoir : la place assise ! Autre option, moins contraignante tout de même : dégainer son magazine « 9 mois » sous le nez des autres voyageurs en espérant un quiproquo en votre faveur (elle est enceinte ? Pas enceinte ? j’ai pas l’air d’un goujat si je reste assis ?).

 

3. Mettre une béquille dans son sac

Une fois qu’on a couru jusqu’à la station de métro en talons aiguille sans déraper, on sort sa béquille et ses sneakers, et on avance d’une démarche hésitante en soufflant bien fort histoire de se faire entendre.

4. Dire tout fort qu’on a chopé une sale maladie contagieuse

A votre arrivée dans le wagon blindé de monde, se composer une mine de déterrée, dégainer son téléphone et entamer une conversation imaginaire en expliquant bien fort à votre faux interlocuteur que vous êtes ultra inquiète, que vos dernières analyses ne sont pas bonnes et que vous êtes quasi sûre d’avoir chopé la grippe H1N1. Normalement, vous devriez obtenir très vite un espace suffisamment respectable autour de vous pour être bien à l’aise.

 

5. Se la jouer faussement serviable

A la première petite mamie flageolante/femme enceinte qui se présente, s’exclamer d’un ton indigné « mais personne ne lui laisse sa place ! », et une fois que tous les mâles présents se seront levés en se confondant en excuses, profiter de la confusion pour récupérer une place vacante.

6. Feindre l’évanouissement

Trop de monde, trop chaud, on commence par déboutonner son manteau en s’éventant et en captant le regard des personnes installées à une place assise, et on commence à vaciller sur ses jambes… Dans la crainte d’un arrêt du train suite à un « malaise voyageur », soit on vous proposera direct de vous asseoir, soit on vous éjectera manu militari (oui, c’est un petit risque à courir).

 

 

Aurélie Poumailloux

Crédit photo / Pinterest