J'ai passé une JOURNÉE INCOHÉRENTE

Il y a des jours comme ça où je sens dès la première sonnerie du réveil que rien ne va se passer comme prévu…

Ben tiens, par exemple, ce n'était pas la première sonnerie de ce satané réveil, mais la huitième, donc je suis ultra à la bourre alors que j'ai une réunion avec ma boss ce matin et qu'en ce moment elle n'est pas à prendre avec des pincettes.

Youpi.

1. Le matin fouillis

Doooonc, qui dit réveil en retard, dit matinée extrêmement compliquée parce que temps ultra réduit pour faire beaucoup de choses. À moi la douche-brossage de dents-application de BB crème tout en un seul geste !

J'ai zappé le petit-déj' et ça valait mieux, étant donné que j'avais essayé d'enfiler deux chaussettes sur le même pied en voulant aller vite, j'aurais donc été tout à fait capable de croquer mon portable au lieu de ma tartine.

Et de toute façon, plus de tartines dans le placard, Gustave avait bouffé la dernière et il n'en avait même pas racheté.

2. Le rendez-vous oublié

Eh meeeerdeuuuuu, voilà, je savais bien que j'avais oublié un truc important aujourd'hui, c'était écrit en gros sur un post-it collé sur mon ordi : gynéco. Avec trois points d'exclamation. Bon.

Le souci c'est que j'étais très mal épilée, comme une nana qui entre dans l'hiver et se fout totalement d'avoir une petite toison douillette sur le Yuki… Tant pis, il allait faire avec.

En plus, j'étais totalement certaine qu'il allait adorer ma culotte Snoopy dont l'élastique est ultra détendu et qui était la seule que j'avais trouvée dans mon dressing ce matin parce que je n'avais pas fait de lessive depuis une semaine.

3. Le déjeuner avorté

En rentrant de mon rendez-vous (comme prévu, le gynéco a totalement adoré ma culotte), j'étais plus qu'affamée. Problème : il était 14 heures passées, donc ma sandwicherie était fermée, mon sushi préféré était encore bondé et le rayon salade du supermarché avait été dévalisé…

J'ai donc été forcée de me rabattre sur un pauvre sandwich triangle qui m'a fait autant mal au cœur qu'au ventre, avec son jambon en plastique et son cheddar qui n'avait de cheddar que je le nom.

Forcément, en rentrant au bureau, j'ai sévèrement attaqué la boîte de chocolats commune et j'ai fini la journée avec une semi-indigestion.

4. L'anniversaire pas préparé (de la copine qui m'a fait un cadeau génial à mon propre anniversaire donc impossible de se louper et shopping frénétique à la sortie du boulot)

Au moment de partir enfin du bureau pour rentrer chez moi, mon téléphone a sonné pour me rappeler un événement bieeen enfoui dans ma mémoire : l'anniversaire d'Eustachia. Et meeeeerdeuuu bis, j'avais zappé que ce soir elle faisait une grande soirée pour célébrer son passage à la trentaine.

Bien sûr, je n'avais pas de cadeau. Même pas l'ombre d'une idée. Relativement gênant, étant donné qu'elle m'avait fait un cadeau génial pour le mien, d'anniversaire. À moi donc le shopping frénétique à la sortie du boulot et la ruine absolue pour acheter un truc ultra cher.

Histoire de compenser mon oubli et de ne pas passer pour une sale pote méchante et nulle.

 

En sortant de la soirée, beaucoup trop tard, beaucoup trop bourrée, beaucoup trop fatiguée, impossible de trouver des transports en commun ou un taxi… J'étais donc partie pour terminer cette journée bouseuse en beauté en tanguant sur les talons que j'avais décidé – connement – d'étrenner ce matin.

 

MDS

Crédit Photo : Pinterest