Comment SURVIVRE en VACANCES s’il y a… un ENFANT !?!

Tout va pour le mieux : nos vacances sont là, nous sommes prêtes à vivre à fond le meilleur moment de votre année et là… A cause d’un couple qui s’est incrusté, d’un amant jeune papa ou d’une location trop proche d’une autre : un enfant surgit. AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAh !!!

Ça y est nos vacances sont foutues, on a plus qu’à tout remballer et à attendre encore une année…

Non non bon, attendez, on ne va pas capituler, ce monstre ne va tout de même pas gagner… Il est encore possible de sauver sa peau…

1. Le positionnement froid

Ne faites pas genre « je te file des bonbec’ » et « j’adore écouter tes conneries de mioche. » Non, montrez votre froideur glaciale face aux mômes. Inspirez-lui la méfiance et la crainte, il vous verra comme la sorcière de Blanche Neige.

N’hésitez pas à raconter des anecdotes flippantes qu’il ne comprendra pas, du type : « Ouais j’ai déjà goûté des insectes ! Bah ça va, c’est pas pire que manger un veau comme là… »

Vous gagnerez déjà quelques minutes de tranquillité… Mais ne croyez pas que c’est gagné… L’enfant pense encore qu’il peut vous coller.

2. L’ignorance royale

L’enfant parle ? Ignorez-le. Franchement vous ne voulez pas que chaque jour de vos vacances il vous saoule avec ses « Eh tu sais moi moi moi, une fois, j’ai attrapé un Pokémon, nan en fait c’était pas vraiment un Pokémon, enfin si, mais pas les rares, ceux qui sont euh, bleus-là tu vois… Et du coup moi… Moi j’ai réussi et en fait je suis super le plus fort ! »

Non franchement suggérez-lui plutôt de prendre sa bouée canard et son égo-trip pour aller loin loin loinnnnn dans la mer.

3. Prévenez les parents

« Et toi les gosses alors ? Hein ? Ça donne envie hein quand on voit comme il est chou notre petit ! » Contrez tout de suite le discours de parents en burn-out qui tentent de se convaincre que leur mioche est parfait pour ne pas s’avouer que leur vie est gâchée par cette créature nombriliste et incapable de faire quoi que ce soit seul.

« Moi les gosses ? Oh purée non, une fois j’ai failli noyer mon neveu quand on me l’a confié alors non ! Je ne sais même pas m’occuper d’un cactus, c’est vous dire ! » Ils vous vous regarderont avec crainte et ne vous confirons JAMAIS la garde du petit mioche parce « Bon bah nous on va au port ! On vous ramène des moules ? »

 [SAUT_PAGE]

4. Cadrer vos horaires

Organisez votre planning pour contourner l’enfant. Il prend son petit déjeuner à 9h ? Vous serez encore dans votre chambre. Il va jouer dans le jardin à 10h30 ? C’est le moment pour vous de faire votre apparition dans la cuisine et de prendre votre café tranquille. Il refait surface à 12h ? Vous allez lire sur la terrasse.

Un gosse, c’est comme un petit vieux, c’est réglé comme une horloge, ce sera vite facile de comprendre ses habitudes et d’aller à l’encontre.  Ainsi, vous le croiserez le moins possible dans votre journée.

5. Fuyez ses caprices

Bien sûr, le plus insupportable : les caprices du chiard et le reste du monde qui se plie en quatre pour lui car « Oh quand même il faut qu’il passe de bonnes vacances... »

Dans ce cas, snobez l’affreux nain pour qu’il comprenne que son jeu ne prend pas sur vous et prétextez une course à faire. Ne revenez que deux heures plus tard avec pourquoi pas une petite phrase du type : « Ah bah ça y est t’es calmé toi ! »

Sinon, vous finirez par hurler contre les parents et vous les mettre à dos, par tenter de noyer le gosse et par vous transformer en boule de rage pour la fin de des vacances.

 

Ne laissez pas l’Enfant gagner…

Crédit Photo / Pinterest