RÉUNION CULOTTÉE : pourquoi parfois "ÇA" sent MAUVAIS ? (et quand s'inquiéter)

On vous l’accorde, ce n’est pas le sujet numéro 1 dont a envie de parler quand on se fait une petite réunion entre filles (vous imaginez un peu la tête de votre bande de potes : « allez les filles, et si on parlait pertes vaginales ? »).

Mais bon, c’est quand même un peu un sujet qui concerne la plupart d’entre nous (et ne faites pas celle à qui ça n’est jamais arrivé !), et c’est vraiment essentiel d’en parler, ne serait-ce que pour notre santé…

1. Pour bien clarifier les choses : oui, ça sent !

Bah oui, ça ne sent pas franchement la rose dans la culotte quand on a ses règles (sauf si vous êtes un bisounours et que vous vivez au pays des licornes magiques), mais c’est NORMAL ! (enfin, jusqu’à un certain point, hein, si vous sentez une odeur suspecte il est peut-être urgent de consulter votre gynéco !). En fait, quand on a nos règles on ne perd pas uniquement du sang, mais aussi du « mucus » vaginal (on respire à fond !) et parfois des sortes de petits caillots. Tout ça mélangé, ça a forcément une odeur pas très agréable à nos narines…

2. Oui, on a aussi des choses dans la culotte en dehors des règles

Ça s’appelle des pertes vaginales, et c’est entièrement naturel et normal ! En fait, c’est notre vagin qui « s’auto-nettoie » (on le savait qu’on avait un vagin doué !). Il élimine les cellules mortes (et sans besoin de faire un gommage !), et maintient un bon équilibre de la flore vaginale. Côté texture (oui, on met les pieds dans le plat, tant qu’à faire), cela doit ressembler à du « blanc d’œuf », clair ou un peu plus laiteux. Et, non, ça ne dégage pas une odeur particulière (sauf problème, évidemment).

3. On s’inquiète quand ?

Si on a des pertes colorées en dehors des règles, ou du spotting (petits saignements), ou si on sent une forte odeur de poisson (pardon pour l’image, mais au moins c’est parlant) : ça peut être le signe d’une mycose ou d’une infection. On consulte sans trop tarder pour éviter que les choses empirent, et aussi parce qu’on risque de choper une MST avec notre flore fragilisée.

4. Et qu’est-ce qu’on peut faire au quotidien pour que tout roule ?

Déjà, on évite de décaper la zone en question, sinon on peut en fait aggraver le problème ! Donc on se lave régulièrement oui, mais pas 10 fois par jour… Et toujours avec un savon spécifique pour l’hygiène intime, type Saforelle, Saugella…

Quand on a ses règles, il va de soi qu’on change régulièrement de tampon, de serviette ou de cup, et on porte de préférence des culottes en coton pas trop serrées à ce moment-là. 

Crédit photo / Pinterest