10 PHRASES à se RÉPÉTER en boucle lors d'une GUEULE de BOIS

On a un peu forcé sur les cocktails hier soir et on doit dire que le réveil ce matin est plutôt intergalactique.

Et à part penser à un burger dégoulinant de cholestérol et à une casserole de Doliprane, on ne sait pas trop comment gérer cet état second…

No panic, on a trouvé des super phrases à se répéter en boucle pour survivre !

1. Dors, dors, dors

Ah oui… Quand la gueule de bois pointe le bout de son nez, c'est souvent par une gentille petite migraine qui commence tout doucement et qui nous tape de plus en plus fort dans les tempes. Et elle aime rarement attendre midi pour nous taper sur le système et se manifeste généralement vers 6 ou 7 heures du matin. Histoire d'être sûre de nous réveiller en fanfare, quoi. Mais nous, notre grasse mat', on SAIT qu'on en a besoin. Alors on se force à se rendormir… Sauf que plus on s'énerve et moins on y arrive. Bon, bah du coup, on se lève à 8h pour aller prendre son foutu Doliprane.

 

2. Ne pas vomir

Première étape : gérer ces vagues de vomi qui nous titillent les dents du fond. Oui bah c'est pas classe, mais n'empêche qu'on les connaît bien, ces satanées nausées qui vont et viennent ! Alors plutôt que de serrer les dents, on se répète que non, on n'a pas envie de vomir et que tout va bien. Il y a bien un foutu moment où on arrivera à faire croire à notre estomac dégommé et à notre foie noyé qu'ils pètent la forme, non ?!

 

3. La prochaine fois, on s'arrête avant notre limite

Évidemment, quand on est en phase de vomi ?-pas vomi ?- migraine ? - pas migraine ?, on se dit qu'on y est vraiment allée fort et qu'on n'aurait jamais dû autant forcer sur la tequila-paf… Alors on se refait un plan d'action dans notre (douloureuse) tête : la prochaine fois, on saura où s'arrêter ! Parce qu'on connaîtra mieux notre limite et qu'on se souviendra de cette gueule de bois de la mort, qui nous calmera nos ardeurs. Sauf qu'on sait très bien que le samedi suivant, on essayera de battre notre record de tequila-paf à la minute.

 

4. On aurait dû manger cette foutu pizza

On le savait, qu'on aurait dû grignoter avant d'aller à cette soirée. Parce que, comme on n'avait rien dans le ventre, on se retrouve avec un retour de bâton de la loose ! Alors qu'on nous avait prévenu de manger un bout, sauf qu'évidemment, on a préféré siroter du vin que mastiquer du marshmallow. Échec interplanétaire, au vu de notre face de rat crevé ce matin, au réveil. On aurait dû et la prochaine fois, on se forcera à manger, parce qu'on saura que quand on ne le fait pas, ça pue pour nous. Ouais, « on le fera », tu parles !

 

5. On avait besoin de ce jour de glande

Finalement, être coincée à l'appart', la bouche desséchée et le corps courbaturé, c'est plutôt une bonne chose. Bah oui, depuis le temps qu'on voulait se faire un masque à l'argile sur la tronche, autant dire que cette gueule de bois est en fait une super opportunité de s'y coller. Comme on ne peut pas sortir dehors, de peur de vomir sur le premier passant, on n'a plus vraiment le choix. Mais dites-vous que c'est un mal pour un bien, hein.

 

6. Ça tombe bien, on n'avait pas envie d'aller voir Belle-Maman

Ok, on est au plus mal de la loose, au-dessus de la cuvette des toilettes et lunettes de soleil sur le nez (bah quoi, la luminosité du jour est particulièrement agressive, ça doit venir de la saison)… MAIS il y a un bon point à cet état végétatif post-cuite : le déjeuner de Belle-Maman, elle va pouvoir se le mettre où on pense. Bah quoi, à chaque fois qu'on la voit, elle nous demande si on aurait « pas un peu pris ces derniers temps ? », cette vieille bique. Et si ce n'est pas faute d'avoir envie d'aller lui vomir dans les cheveux, on est bien contentes d'avoir une bonne excuse pour ne pas avoir à encadrer sa face de raie manta.

 

 

7. Parfait pour une journée détox

Comme on n'est pas vraiment au top du top en gueule de bois, on essaye souvent de ruser pour obtenir ne serait-ce qu'une seconde de répit dans ce monde de brutes. Alors on se couche, puis on se lève, on file à la douche, on se lime les ongles, on s'habille, on s'épile les sourcils… Dans l'espoir de trouver l'occupation qui nous fera oublier même pour trois secondes ces nausées atomiques qui nous narguent. Alors on passe des heures dans la salle de bain, en se disant que « si on prend soin de nous, on redeviendra normale ». Et au moins c'est plutôt pratique : entre le gommage pour le visage et le masque pour les cheveux, si un petit vomi s'improvise, hop, on est sur place ! Voilà qui est plutôt ingénieux.

 

8. Plus JAMAIS

On se dit toujours que « plus jamais », qu'on ne sortira plus, qu'on ne boira plus, qu'on ne se couchera plus après 23h… Bref, on en fait toujours des caisses pour une petite gueule de bois – bon certes, qui nous a cloué au lit pendant deux jours et demi – mais on sait pertinemment qu'on retombera dans le panneau dès le week-end suivant. Parce que oui, on aime se retrouver entre amis et siffler des bouteilles de pinard en refaisant le monde. Il faut juste intégrer que le lendemain, c'est le monde entier qui se payera notre poire.

 

Ou au pire, on soigne le mal par le mal et on repart pour un apéro !

 

AP

Crédit Photo / Pinterest